CP102 - Impact de l'évaluation rapide de la fonction rénale en salle d'urgence sur la prescription d'anti-inflammatoires non stéroïdiens

Musa Abbasi (1), Didier Chochrad (1), Dejan Izgarevic (1), Ingrid Beukinga (2), Mark Libertalis (3), Laurent Blairon (2)

1. Urgences, Hôpitaux Iris Sud, Bruxelles, Belgique
2. Biologie Clinique, Hôpitaux Iris Sud, Bruxelles, Belgique
3. Néphrologie, Hôpitaux Iris Sud, Bruxelles, Belgique
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction: Les patients se présentant dans notre salle d’urgence (SU) pour motif chirurgical sans indication opératoire bénéficient rarement d’une prise de sang standard et reçoivent souvent des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), administrés sans documentation de la fonction rénale (FR) et en dépit de leur effet néphrotoxique. Notre étude évalue l’impact d’une mesure rapide de la filtration glomérulaire estimée (eGFR) en SU sur la prescription d’AINS.

Matériel et Méthodes : Tout patient de >70 ans, ou de >50 ans sous anti-hypertenseur ou anti-diabétique, admis pour motif chirurgical sans indication d’hospitalisation était éligible. Ceux pour lesquels un consentement éclairé a été obtenu ont bénéficié d’une évaluation de la FR (formule CKD EPI). La mesure de la créatinine et le calcul de l’eGFR ont été assurés par un dispositif de biologie médicale décentralisée (DBMD) sur sang capillaire au bout du doigt. Préalablement à la mesure de l’eGFR, il a été demandé à l’urgentiste de rapporter son intention d’administrer des AINS sans connaissance du résultat. L’intention de traiter a ensuite été comparée aux recommandations locales des néphrologues et le traitement a été ajusté au besoin.

Résultats : 62 patients ont été inclus. 9 patients n’ont pas reçu d’AINS pour cause de contre-indication ou d’absence d’indication. Les urgentistes se sont abstenus d’administrer des AINS chez 8 patients sur base de l’âge, de la polymédication ou de la suspicion d’une FR diminuée, alors que l’eGFR était >45 mL/min/1.73m². Dans 6 cas, le traitement a dû être revu à cause d’une eGFR entre 30 et 45.

Discussion : Les AINS peuvent altérer la FR, essentiellement chez des patients avec une GFR diminuée. Les recommandations internationales déconseillent les AINS si l’eGFR est <30 mL/min/1.73m², et leur utilisation prolongée en-dessous de 60. De plus, nos néphrologues recommandent d’assurer une hydratation adéquate pour une eGFR entre 30 et 45. Nous avions pour but de tenir compte de la FR avant la prescription d’AINS grâce à un EBMD sans ponction veineuse. Les résultats étaient disponibles en 30 secondes contre 1h20 avec les techniques traditionnelles. Grâce à ce test, 15.1% des patients ont reçu des AINS malgré de supposées contre-indications, et 11.3% ont bénéficié d’un ajustement du traitement.

Conclusion : La mise en place du test rapide de mesure de l’eGFR en SU a influencé 26.4% des prescriptions d’AINS sans aucune augmentation de la durée de la prise en charge.

Tags : fonction rénale anti-inflammatoires non stéroïdiens AINS filtration glomérulaire eGFR CKD EPI créatinine examens de biologie médicale délocalisée