CP141 - Impact d'une formation courte en communication thérapeutique sur la pratique clinique dans un SAMU-SMUR

Sandrine Champion (1), Benoît Simon (2), Richard Rhein (1), François-xavier Laborne (3), Fabrice Girault (1), David Sapir (3), Valérie Arnoult (1), Roger Kadji (2)

1. SMUR de Corbeil, CH Sud Francilien, Corbeil-Essonnes, France
2. SAMU91-SMUR de Corbeil, CH Sud Francilien, Corbeil-Essonnes, France
3. SAMU 91/SMUR de Corbeil, Centre Hospitalier Sud Francilien, Corbeil-Essonnes, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : En urgence, le contact avec le patient peut être perçu comme intrusif tant sur le plan physique que psychologique. Le contact verbal et non verbal va servir à établir une relation de confiance et nous permettre d’obtenir une adhésion du patient, une distraction, un état hypnotique qui améliorera son confort, son ressenti de la situation et de notre prise en charge. Depuis 2016, une formation de 2h en communication thérapeutique est proposée à l’ensemble des personnels du pôle urgences-SAMU-SMUR-réanimation de notre établissement. 244 personnes en ont bénéficié. Nous avons évalué son impact sur nos techniques d’abords du patient en préhospitalier.

Méthode : Enquête déclarative auprès de l’ensemble des médecins, infirmiers, ambulanciers assistants de régulation et secrétaires du SAMU-SMUR, par questionnaire anonyme en ligne.

Résultats : Sur les 126 personnels du service, 76 ont répondu. Parmi eux, 32 personnes (42%) n’ont pas suivi la formation dont 23 (71%) souhaitent y participer.

Parmi les 44 personnes formées, 38 (86 %) ont mis en pratique ces enseignements: 61% considèrent que cela a transformé leur abord du patient mais seulement 27% la communication entre collègues. La mise en pratique a permis d’obtenir une distraction et une adhésion du patient pour respectivement 45 et 59% des répondants. Si 18 personnes (41%) pensent avoir réussi à atteindre leurs objectifs, 18 (41%) n’en savent rien. Les principales explications apportées à ces échecs sont le manque de pratique (45%), de formation (40%), la non-adhésion du patient (10%), de l’équipe (20%) et les contraintes environnementales (25%). 86% des personnels déjà formés désirent approfondir cet apprentissage.

Discussion : L’adhésion à cette formation en communication thérapeutique et la forte demande d’approfondissement témoignent de l’intérêt porté dans l’approche du patient. Le fait qu’en seulement deux heures de réflexion sur nos communications traditionnelles (emploi important de la négation, lexique de la douleur angoissant,…) nous soyons capables de changer nos pratiques semble prometteur. Avec seulement 60% de répondants, cette enquête souffre cependant d’un manque d’exhaustivité.

Conclusion : L’impact d’une formation en communication thérapeutique est profond et fondateur dans notre service. Des formations en hypnoanalgésie déjà en cours au SMUR, sont à développer et à adapter au SAMU. La prise en charge de la douleur en préhospitalier sera particulièrement intéressante à étudier.

Tags : communication thérapeutique hypnoanalgésie SAMU-SMUR