P248 - Impact d'une démarche d'amélioration des pratiques dans la prise en charge du traumatisme du rachis cervical au sein d'un service d'accueil des urgences

Damien Perruchetti (1)

1. SAU, Timone, Marseille , Marseille, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction: Evaluer puis améliorer la prise en charge du patient traumatisé du rachis cervical (TRC) au sein d’un SAU. Méthodes: Une première étude rétrospective sur 195 patients TRC en janvier 2016 étudiait la prise en charge du TRC. Le protocole de prise en charge, basé sur les règles de la Canadian C Spine Rule (CCR) servait de référence. Les dysfonctionnements recensés permettaient d’établir un nouveau protocole, servant de support pour une deuxième étude prospective sur 210 patients en mai 2017. Les deux échantillons ont été comparés. Les critères d’exclusion étaient les patients bénéficiant d’un TDM corps entier et l’absence de TRC. Résultats : La première étude montrait une importante part de clichés du RC de mauvaise qualité tout âge confondu (34.9%), et chez les > 65 ans (100%). De nombreux clichés étaient incomplets (43.6% des cas). La prescription de colliers cervicaux souples, de clichés dynamiques et la filiarisation du patient en consultation post urgence (CPU) étaient insuffisantes (47%, 45%, 25%). Le nouveau protocole, incluant la nécessité de réaliser un scanner du rachis cervical d’emblée pour tous les patients de plus de 65 ans traumatisés du RC nécessitant une imagerie (ayant au moins un critère CCR positif) montrait une amélioration de prise en charge. Seulement 40 % des patients de > 65 ans sortaient du SAU avec une évaluation rachidienne de mauvaise qualité contre 100 % dans le premier échantillon (p = 0.003). La qualité de la radiographie standard n’était pas améliorée (36.9% de mauvaise qualité tout âge confondu). Les médecins prescrivaient davantage de colliers cervicaux souples (p=0.08), de clichés dynamiques à J10 (p=0.869) et de CPU (p < 0.001). Un manque de nouvelles radiographies ou de TDM persistait en cas de clichés de mauvaise qualité. Moins de patients sortaient des urgences avec une charnière cervico-thoracique non vue (p = 0.173). Deux fractures du RC on été diagnostiquée. Discussion : La limite diagnostique de la radiographie standards 3 incidences ressort de cette étude. La réalisation d’une TDM d’emblée pour les patients traumatisés du rachis cervical de plus de 65 ans, ou en deuxième intention après des premiers clichés radiologiques incomplets ou de mauvaise qualité chez les plus jeunes est indispensable. Le suivi post urgences et la réalisation de clichés dynamiques doivent être systématisés. Conclusion : Une amélioration discrète mais présente de la qualité de prise en charge du traumatisé du RC se dessine

Tags : Service d'accueil des urgences traumatisme du rachis cervical Canadian C-Spine Rule tomodensitométrie radiographies standards charnière C7T1 collier cervical clichés dynamiques consultation post urgences