CP121 - Impact d'un protocole de prédiction clinique sur la prescription de radiographies du rachis cervical traumatique aux Urgences

Bertrand Drugeon (1), Nicolas Deboevere (1), Nicolas Marjanovic (1, 2), Olivier Mimoz (1, 3)

1. Service d'Accueil des Urgences - SAMU 86, Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers, Poitiers, France
2. Inserm CIC1402 unité 5 ALIVE, Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers, Poitiers, France
3. Unité INSERM U1070, Université de Poitiers, Poitiers, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Des radiographies standards sont souvent prescrites en excès en cas de traumatisme du rachis cervical en coup de fouet (ou Whiplash) chez les patients alertes. La Canadian C-Spine Rule (CCR) est un protocole de prédiction clinique de la sévérité du traumatisme permettant d’identifier les patients requérant ou non une exploration radiographique.  Nous avons évalué l’impact de son implémentation sur le nombre d’examens radiologiques réalisés dans cette situation.

 

Méthodologie : Il s’agit d’une étude prospective, monocentrique, réalisée sur deux périodes ; du 1er juillet 2015 au 30 juin 2016 et du 1er juillet 2016 au 30 juin 2017, avant et après la mise en place du protocole de prédiction clinique. Nous avons inclus l’ensemble des patients adultes consultant pour traumatisme du rachis cervical en coup de fouet. Ceux traumatisés graves, intoxiqués ou avec des lésions traumatiques associées n’ont pas été inclus. Le critère de jugement principal est le nombre de radiographies du rachis injustifiées réalisées dans le cadre du Whiplash. Le critère de jugement secondaire est le nombre de radiographies injustifiées réalisées pour toute cause traumatique confondue.

 

Résultats : Pour un nombre de passages comparable (43 145 vs 45 413 passages), le nombre de radiographies injustifiées dans le cadre d’un Whiplash a diminué de 29% (38% vs 27%, p = 0,029). Le nombre de radiographies toutes causes traumatiques confondues a également diminué de manière moins importantes (5%), à la limite de la significativité (1325 vs 1253 bilans radiologiques, p = 0,051).

 

Discussion : La mise en place d’un protocole de prédiction clinique a eu un impact bénéfique sur le nombre de radiographies injustifiées. Les résultats ont été probablement sous-estimés du fait que l’analyse s’est faite sur les dossiers ayant bénéficié d’un bilan radiologique et non sur les dossiers où la non indication du bilan a été respectée. La formation à l’utilisation de la CCR auprès des médecins a été moins insistante et moins coercitive que d’autres études similaires. Il existe un biais d’interprétation puisque l’indication du bilan radiologique a été évaluée sur les dossiers médicaux et non sur un formulaire précisant celle-ci.

 

Conclusion : L’utilisation de la CCR permet de diminuer le nombre de bilan radiologique en cas de traumatisme du rachis cervical de type Whiplash.

Tags : Traumatisme cervical whiplash urgences