P247 - Faut-il réaliser une surveillance hospitalière d'au moins 24 heures des traumatisés crâniens légers sous antiagrégant plaquettaire ?

Nolwenn Le Page (1), Thibault Schotté (2), Thomas Moumneh (1), Delphine Douillet (1), Pierre-marie Roy (1)

1. Département de Médecine d'Urgence, CHU d'Angers, Angers, France
2. Département de Médecine d'Urgence, CH Le Mans, Le Mans, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Après un traumatisme crânien léger (TCL) sous antiagrégant plaquettaire (AAP), la réalisation d’un scanner cérébral et une surveillance hospitalière d’au moins 24h sont préconisées pour ne pas méconnaître un saignement secondaire (SFMU 2012). Le niveau de preuve de cette recommandation est cependant faible. L’objectif de notre étude était d’évaluer la pertinence de la surveillance hospitalière initiale des TCL sous AAP à scanner cérébral initial sans hémorragie intracrânienne (HIC) post-traumatique.

Matériel et Méthode : Etude observationnelle rétrospective monocentrique du 01/01/2013 au 31/12/2015 dans un service d’accueil des urgences. Les patients de plus de 18 ans, sous AAP comme seul antithrombotique, avec un TCL (Score de Glasgow entre 13 et 15), sans HIC au scanner initial ont été inclus. Leur prise en charge et les éventuelles réadmissions dans le mois suivant le TCL ont été analysées. Le critère de jugement principal était la prévalence d’HIC identifiée dans les 24h post TCL chez le patient sous AAP au scanner initial normal. Les critères secondaires étaient la prévalence des HIC en fonction du délai de réalisation du scanner et le devenir des patients à 1 mois.

Résultats : 749 patients ont été inclus. 276 patients (37%) ont consulté dans les 8h après le TCL, 60 (22%) ont eu un scanner dans les 4h et 165 (60%) entre 4h et 8h suivant le TC. Sur les 749 patients, 454 (61%) ont eu un scanner dans les 4h après leur admission, 246 (33%) entre 4h et 8h et 49 (6,5%) à plus de 8h ; 363 (48%) ont été gardés en observation 24h.  Aucune HIC n’a été identifiée durant les 24h suivant le TCL (0% IC95 [0-0,4]) et un patient, réadmis à J2, est décédé d’une possible HIC (horaire du TCL non connu, scanner réalisé 3h25 après l’admission) (0,13% IC95 [0-0,7]).

Discussion : Dans notre étude, la surveillance hospitalière de 24h n’a pas permis de détecter d’HIC retardée dont le taux paraît très faible. Son caractère rétrospectif, l’absence de surveillance 24h systématique et le suivi uniquement sur dossier sont des limites notables. Cependant, il est peu probable que des HIC aient été méconnues, le CH de l’étude étant centre de référence des HIC de l’hémirégion.

Conclusion : Notre étude remet en cause la pertinence d’une surveillance hospitalière systématique des TCL sous AAP ayant un scanner initial sans HIC post-traumatique, en particulier lorsque celui-ci est réalisé à distance du TCL. Une étude prospective est nécessaire pour confirmer ce résultat.

Tags : Traumatisme crânien léger Antiagrégant plaquettaire Hémorragie intracrânienne Scanner cérébral Surveillance hospitalière Recommandations