P165 - Facteurs prédictifs d'un scanner normal, chez des patients adultes consultant aux urgences pour douleur abdominale aiguë non traumatique

Christian Kassasseya (1)

1. Service d'Accueil des Urgences, CHU Henri Mondor, Créteil, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : La douleur abdominale aigue est l’un des motifs les plus fréquents de consultation dans les services d'urgences adultes en France et entraîne la réalisation d’un grand nombre de scanners, dont 30 à 45% ne retrouvent aucune anomalie.

Objectifs : Identifier de potentiels facteurs prédictifs d’un scanner normal, pour des patients adultes consultant aux urgences pour douleur abdominale aigue non-traumatique. Analyser la corrélation entre le diagnostic recherché et celui identifié par l’imagerie. Evaluer le taux de nouvelle consultation pour le même motif avant sept jours.

Matériel et méthodes : Etude observationnelle descriptive rétrospective, réalisée au sein du Service d’Accueil des Urgences adultes d’un Centre Hospitalier Universitaire. Ont été inclus, tous les patients d’âge adulte s’étant présentés aux urgences entre le 1er janvier 2016 et le 31 Décembre 2016, avec un tableau de douleur abdominale évoluant depuis moins de 7 jours et ayant été explorés par tomodensitométrie. Ont été exclus les patients présentant un traumatisme abdominal récent ou un antécédent de chirurgie abdomino-pelvienne de moins de 45 jours. Une liste des 76 variables anamnestiques, cliniques et paracliniques a été analysée pour chaque situation.

Résultats : 382 patients ont été inclus dans l’étude. Dans 59,4% des cas, le compte-rendu du scanner ne faisait état d’aucune anomalie organique. L’âge inférieur à 50 ans, l’absence de diarrhée, une fréquence cardiaque inférieure à 90/min, l’absence d’hyperleucocytose et une CRP inférieure à 25 mg/L étaient associés significativement à une diminution du risque de présenter une TDM pathologique. A l’inverse, plusieurs variables étaient en faveur d’un risque élevé de scanner anormal, telles qu’un antécédent de MICI, un ballonnement abdominal, la palpation d’une masse, une douleur en hypochondre droit ou une bilirubinémie élevée. La corrélation entre le diagnostic recherché par le médecin urgentiste et le diagnostic posé par le radiologue était positive dans 19,1% des observations. 3,4% des patients ont à nouveau consulté aux urgences avant J7 pour le même motif.

Conclusion : Notre étude a mis en évidence plusieurs facteurs prédictifs d’un scanner normal, chez des patients adultes consultant aux urgences pour douleur abdominale aigue non traumatique. Si les tendances observées dans notre travail venaient à être confirmées par une étude de méthodologie plus robuste, l’élaboration d’un score prédictif pourrait être envisagée.

Tags : Urgences Scanner abdominal Douleur abdominale aiguë Facteurs prédictifs