P205 - Facteurs prédictifs d'un accès veineux difficile aux urgences

Mohamed Aymen Jaouadi (1), Hajer Kraiem (1), Amal Baccari (2), Khaoula Rammeh (2), Mounir Naija (1), Mohamed Nejib Karoui (1), Naoufel Chebili (1)

1. SAMU 03, CHU SAHLOUL, SOUSSE, Tunisie
2. SAMU 03, CHU Sahloul, Sousse, Tunisie
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : La pose d'un cathéter veineux est la procédure invasive la plus courante en urgence vue son caractère vital pour les soins médicamenteux immédiats. Il est généralement de réalisation facile, néanmoins, la difficulté ou l'impossibilité de cet accès est la hantise de tout urgentiste. L'objectif de cet travail est de déterminer la fréquence des accès veineux périphériques difficiles aux urgences, de rechercher les facteurs prédictifs d'un accès veineux difficile chez les patients et de proposer des solutions en vue d'améliorer la prise en charge des patients difficile à piquer.

Matériels et méthodes : Il  s’agit d’une étude prospective descriptive, observationnelle et analytique, réalisée aux urgences et aux SMUR sur une période de 45 jours incluant tout patient nécessitant un accès veineux périphérique en urgence. L’échec est défini par au moins deux tentatives de cathétérisme intraveineux échouées.

Résultats: 500 patient ont été inclus.  L'échec de la mise en place d'une VVP est constaté chez 90 patients (18% de la population inclue). Les résultats ont mis en exergue plusieurs facteurs prédictifs indépendants de difficulté d'un accès veineux périphérique: l’âge supérieur à 65 ans (25% d'échec ; p=0.015), la chimiothérapie (50%d'échec ; p=0.008), le sexe féminin (22.9% d'échec ; p=0.006), l’obésité (26.8% d'échec ; p=0.001) et le contexte d’un arrêt cardiaque (43.8% d'échec; p=0.006).

Face à un échec de mise en place de VVP, il y a eu changement d'opérateur chez 66 patients, changement du site de ponction chez 85 patients, changement du calibre du cathéter chez 19 patients et recours à la voie veineuse centrale chez 3 patients.

Conclusion :

L'accès veineux difficile constitue un problème commun à tous les urgentistes. La mise en place des voies veineuses périphériques constitue une partie importante de la charge de travail du personnel paramédical en intra et extra-hospitalier. Définir au préalable une stratégie de gestion de l’échec est essentielle afin d’éviter toute difficulté éventuelle. Cette optimisation doit passer par la recherche de patients à risque d'accès veineux difficile et l'utilisation dans ces cas des techniques alternatives (vasodilatation par chaleur ou par contraction musculaire ou encore les nouvelles méthodes telles que le détecteur des veines et l'échographie. En cas d'impossibilité, la VVP doit être remplacée par une voie intra-osseuse ou une voie veineuse périphérique profonde ou centrale.

Tags : Cathétérisme veineux périphérique difficulté échec urgence