CP155 - Evaluation du ressenti des équipes lors de situation difficile

Elodie Truchot (1), Sophie Zanellato (1), Aurélie Gaudiau (1), Pascal Usseglio (1), Joel Rey (1)

1. SAMU, CHMS, Chambéry, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Les situations difficiles impactent au quotidien les équipes du SAMU. Les arrêts de travail pour stress post traumatique et burnout sont fréquents. Le groupe ACTE(Amélioration Continue du Travail en Equipe) a évalué quelles étaient les interventions difficiles et comment les équipes y faisaient face

Matériel et Méthode : Etude monocentrique, observationnelle à partir d’un questionnaire numérisé. Le personnel du SAMU a reçu par mail le lien du questionnaire via GoogleForm

Résultats : Le taux de réponse était de 57% avec 30% médecins, 31% IDE, 14% ADE et 21% ARM. 84% avait déjà rencontré une situation difficile liée à : jeunes patients(70%), pathologie du patient(43%), environnement familial du patient(41%), fatigue morale(39%) et physique(34%) et sensation d’insécurité(30%).

Les répercussions étaient : sommeil perturbé(53%), sentiment de non performance(51%), remise en question personnelle(44%) et professionnelle(41%), mal être au travail(37%), envie de quitter le service(22%), souvenirs envahissants(22%) et stress au travail(18%).

Les démarches professionnelles effectuées étaient : débriefing en équipe(53%), débriefing entre collègues(52%), discussion entre proches(35%), sport(37%), échange avec la cadre(22%), recours à une automédication(13%), consultation du médecin traitant(5%) et consultation à la médecine du travail(2%). 34% ne connaissaient pas les possibilités d’aides institutionnelles. Le débriefing formalisé(12%), l’entretien avec le cadre de santé(9%), l’entretien avec le chef de service(9%), la fiche évènement indésirable(9%) et la déclaration d’accident de travail(6%) sont les démarches institutionnelles entreprises. 50% étaient convaincus par la démarche du groupe ACTE.

En commentaire, les équipes souhaitaient unanimement un débriefing structuré systématique encadré par un psychologue

Discussion : L’ensemble du service est concerné par la problématique. Il semble important d’identifier les situations à risques pour prendre en charge les agents concernés. Ces situations ont peu de répercussion sur la vie personnelle mais impactent sur la qualité professionnelle. Le débriefing en équipe est un facteur qui semble protecteur. Les mesures institutionnelles et les accidents du travail sont insuffisamment utilisés par les équipes

Conclusion : La majorité des équipes du SAMU a déjà vécu une situation difficile. Le débriefing est essentiel pour limiter le stress post traumatique. Une demande de temps psychologue dédiée au service est en cours