P269 - Evaluation du protocole échographique "MARCH-Echo" chez le blessé de guerre.

Paul-vincent Martin (1), Romain Kedzierewicz (2), Jean-yves Martinez (3)

1. Service des Urgences , Hôpital d'Instruction des Armées de Percy, Clamart, France
2. BSPP, Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris , Paris , France
3. Service de réanimation , Hôpital d'Instruction des Armées Desgenettes , Lyon , France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


L’échographie est désormais un outil indispensable pour évaluer les blessés de guerre en opération extérieure. Le but de cette étude est d’évaluer la faisabilité et la performance du « MARCH-Echo », un protocole d’évaluation échographique.

Matériel et méthode : Etude prospective réalisée par 2 praticiens formés mais « novices » en échographie sur trois théâtres d’opération (Afghanistan, Côte d’Ivoire, Mali) et incluant tous les blessés de guerre évalués par ce protocole. Celui-ci inclut plusieurs étapes : [M] un examen type FAST, [A] un écho-repérage de la membrane cricothyroïdienne (MCT), [R] une recherche d’un épanchement pleural (aérien ou liquidien), [C] une évaluation de la veine cave inférieure (VCI) associée à une évaluation de la fraction d’éjection du ventricule gauche, [H] une évaluation de la pression intracrânienne par du Doppler transcrânien (DTC) et par la mesure de la gaine du nerf optique (NO). Chaque étape du protocole était chronométrée et leur faisabilité évaluée par les praticiens. Les conclusions échographiques étaient comparées aux résultats du scanner.

Résultats : 27 patients ont été inclus (âge moyen 28,3 ans [de 5 à 70ans], sexratio = 3,5). 7 ont été victimes de plaies par balle et 21 par explosion. 23 des 27 patients ont eu un scanner. La concordance entre les données de l’échographie et du scanner était excellente (Kappa = 0,97). 9 examens FAST étaient positifs. Le temps moyen de réalisation était de 1 à 3 minutes. La détection de la MCT n’avait pas été réalisée du fait de l’absence d’indication (obstruction des voies aériennes) dans notre série. 4 hémothorax et 8 des 9 pneumothorax ont été identifiés à l’échographie en 1 à 2 minutes. L’analyse de la veine cave inférieure avait pris moins de 1 minute. Les coupes échocardiographiques ont été plus difficiles à obtenir. 7 DTC (effectués en 3 à 7 min.) et 10 NO (2 à 4 min.) ont été réalisés.

Discussion : Ce protocole est rapide et pertinent pour détecter les lésions vitales. La FAST, l’échographie pleuropulmonaire, et l’évaluation de la veine cave inférieure et du NO sont facilement réalisables alors que le DTC et l’acquisition des coupes cardiaques nécessitent plus d’entrainement. 

Conclusion : Le MARCH-Echo est un protocole adapté à la prise en charge des blessés de guerre et pragmatique avec une implication thérapeutique potentielle à chaque étape. Il doit être encore simplifié pour trouver sa place dans le secourisme au combat en préhospitalier.

 

Tags : Traumatologie échographie militaire