CP056 - Evaluation des variations des capacités attentionnelles chez les médecins urgentistes au cours de leur plage de travail Projet AttentionED 1

Cédric Gil Jardine (1), Laura Buscaglia (1), Marion Hervouin (2), Stephanie Calligaro (2), Virginie Postal-le Dorse (3), Bruno Quintard (3), Cédric Luquet (4), Jean-paul Lorendeau (5)

1. Urgences, CHU Bordeaux, BORDEAUX, France
2. Urgences, CH Pau, PAU, France
3. Psychologie, Université de Psychologie de Bordeaux, BORDEAUX, France
4. Urgences, CH DAX, DAX, France
5. Urgences, CH Perigueux, Périgueux, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Le travail posté aux urgences est organisé autour d’une alternance de plages de travail de jour, de nuit ou de 24 heures. L’objectif est d’évaluer les variations des capacités attentionnelles du médecin urgentiste au cours de ces différentes plages de travail.

Matériel et Méthodes : Entre Février et Juin 2017, 11 services d’urgences ont participé à l’étude. Un livret était remis à chaque praticien, reprenant plusieurs plages de travail posté (jour, nuit, pré ou intra hospitalier) ; comportant pour chaque plage un test à réaliser : le Trail Making Test (TMT). Ce test comportait 5 conditions : la condition 1 évaluait la recherche visuelle, les conditions 2 et  3 évaluaient les automatismes de base, la condition 4 testait la flexibilité mentale et la condition 5  évaluait la vitesse motrice du praticien. Le critère de jugement principal était la variation du résultat aux 5 items du Trail Making Test (TMT) entre le début et la fin d’une plage de travail. La pénibilité ainsi que les variations de stress et de fatigue ont été recueillis à l’aide d’échelles numériques (EN).

Résultats : Sur les 87 médecins qui ont répondu, 84 questionnaires ont pu être analysés, représentant 222 plages de travail. Pour les conditions 2 et 4, le score TMT était plus élevé (donc meilleur) en fin d’une plage de journée et de 24h (p < 0,03 ;   p < 10-2 ; p < 10-2). Pour les conditions 2, 3 et 4 le score TMT était moins élevé (donc altéré) en fin de nuit   (p < 10-2 ; p < 10-2 ; p < 0,02). Selon le type de plage, le sens de variations était très différent. Le nombre d’erreur augmente en fin de plage de travail, mais la différence n’était pas significative (p=0,052).  La fatigue était plus élevée en fin de plage de travail.

Conclusion : Cette première étude, multicentrique, menée sur un effectif important, suggère qu’il y a une variation des capacités cognitives et des fonctions exécutives du médecin urgentiste au cours de sa plage de travail. Celles-ci varient de manières très différentes selon les secteurs d’activité. Elle nécessite d’être complétée par des études plus puissantes utilisant des tests plus sensibles.

Tags : attention stress urgences médecin