CP151 - Evaluation des pratiques sur la pose des voies veineuses périphériques aux urgences d'un centre hospitalier universitaire.

Julie Goubet (1), Bénédicte Douay (1), Emilien Arnaud (1), Charles Mourichon (1), Matthieu Drouard (1), Antoine Leturque (1), Christine Ammirati (1)

1. SAU adultes CHU Amiens, Amiens, amiens, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : La pose d’une voie veineuse périphérique (VVP) est un geste fréquent dans un service d’urgence. Nous avons réalisé une Evaluation des Pratiques Professionnelles (EPP) concernant la pose des VVP dans le Service d’Accueil des Urgences Polyvalentes Adultes d’un Centre Hospitalier Universitaire, afin de poser la bonne indication des accès veineux. L’objectif principal est d’évaluer les pratiques et proposer des axes d’amélioration.

Méthodes : Il s’agit d’une étude prospective mono-centrique réalisée entre le 21 mars et le 26 juillet 2017. Elle comportait trois phases, la phase 1 (P1) consistait en un état des lieux des pratiques des équipes médicales et paramédicales sur deux jours. La deuxième phase comprenait une analyse et présentations des résultats. La troisième phase (P3) consistait en un suivi des actions et la mesure des améliorations sur deux jours. Tous les patients admis ont été inclus pendant de 8h à 16h00. Les patients excluent étaient ceux pris en charge dans les autres secteurs (circuits courts et secteur d’accueil des urgences vitales) ainsi que les patients non pris en charge.

Résultats : Dans la P1, 75% des patients ont une VVP contre 48% dans la P3 (p =0,00012). Dans la P1, près de la moitié des VVP (46%) s’accompagne d’un garde veine contre 28% de cathéter obturé ou de valve bidirectionnelle. Dans la P3, 30% des patients ont un garde veine et 18% ont une valve bidirectionnelle. Dans la P1, 22,8% reçoivent un traitement intraveineux contre 17% dans la P3.

Discussion : Dans la P1, trois des vingt et un patients ayant eu un traitement intraveineux ont une voie d’administration strictement intraveineuse. La voie d’administration des autres thérapeutiques peut être discutée, selon la pathologie et le devenir du patient, pour une administration per os, sublinguale ou intranasale.

Conclusion : Ce travail préliminaire aura permis d’améliorer les pratiques par la sensibilisation des équipes afin de poser la bonne utilisation d’une voie veineuse et du matériel à adapter à celle-ci. Il s’agit donc de continuer un travail pluridisciplinaire concernant les indications des voies veineuses périphériques au cours de la prise en charge des patients.

Tags : Voies veineuses périphériques Garde veine Valve bidirectionnelle Evaluation des pratiques professionnelles