P065 - Evaluation de la prise en charge de l'anaphylaxie dans les départements d'urgence adulte : guidelines vs pratiques professionnelles

Emma Perez (1), Emilie Dehours (2), Sandrine Charpentier (1)

1. Urgences, CHU TOULOUSE, Toulouse, France
2. Urgences, CHU TOULOUSE, toulouse, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Les défauts de prise en charge de l'anaphylaxie dans les services d’accueil d’urgence (SAU) sont bien reconnus malgré la publication récente de recommandations internationales et françaises. La fréquence et le caractère potentiellement mortel des réactions anaphylactiques impliquent que leur prise en charge soit bien connue des urgentistes qui y sont souvent confronté en première ligne.

Objectifs : Evaluer l’utilisation de l’adrénaline et l’ensemble de la prise en charge de l’anaphylaxie dans les SAU et déterminer si une intervention éducative pourrait corriger les défauts de gestion.

Méthode : Nous avons inclus tous les patients âgés de plus de 15 ans ayant consulté dans les SAU du CHU pour une anaphylaxie répondant à la définition de Sampson. Les données ont été recueillies sur une période de 8 mois de juin 2016 à février 2017 avec un programme d'éducation ciblée des urgentistes mis en place à 4 mois. Deux groupes ont été comparés : le groupe 1 avant formation des médecins aux nouvelles recommandations et le groupe 2 après la formation. Les dossiers ont été examinés rétrospectivement et nous avons analysé le taux d’administration d’adrénaline, le taux de prescription de stylos auto injecteur d’adrénaline (AIA), la réalisation d’un dosage de tryptase et le recours à une consultation spécialisée d’allergologie.

Résultats : 190 patients ont été inclus, 94 dans le groupe 1 et 96 dans le groupe 2. L’adrénaline était utilisée chez 22 patients (23%) du groupe 1 vs 38 patients (40%) du groupe 2. La différence était significative avec un p = 0,01. L'administration d'adrénaline s’est faite majoritairement par voie IM dans le groupe 2 : 90% vs 25%. La prescription de stylos AIA a elle aussi augmenté (28 patients (30%) dans le groupe 1 vs 38 patients (40%) dans le groupe 2, p = 0,2) ainsi que le nombre de patients orientés à leur sortie vers une consultation d’allergologie (63 patients (67%) dans le groupe 1 vs 72 patients (75%) dans le groupe 2, p=0,2).

Discussion : Bien que l’utilisation d’adrénaline ait augmenté chez les patients présentant une anaphylaxie, la majorité n’en bénéficie pas et le stylo AIA reste sous prescrit.

Conclusion : Les patients traités après la formation sur la gestion de l’anaphylaxie étaient plus susceptibles de recevoir de l'adrénaline. La gestion réussie de l'anaphylaxie dans les services d’urgence dépend entre autre d’une formation continue des professionnels de santé et de l’existence de protocoles de prise en charge.

Tags : Adrénaline Allergie Anaphylaxie Médecine d'urgence Recommandations