P267 - Evaluation de la pratique échographique des urgentistes d'un centre hospitalier à partir des recommandations sur le premier niveau de compétence d'échographie clinique en médecine d'urgence

Rémi Peyrol (1)

1. SAU, VICHY, VICHY, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Compte tenu de la nouveauté d'emploi des ultrasons en médecine d'urgence, la littérature dans ce domaine est limitée, notamment concernant l'étude sur la compétence des utillisateurs d'échographe. Cette étude à pour objectif principal d'évaluer la pratique échographique des urgentistes d'un centre hospitalier à partir des recommendations sur le premier niveau de compétence d'échographie clinique en médecine d'urgence, en faisant une étude de corrélation entre les résultats échographiques d'un urgentiste versus spécialistes d'organe.

Matériels et méthodes : C'est une étude pilote, prospective, monocentrique, non randomisée, comparative menée entre le 20 janvier et le 20 mars 2017. Nous avons étudiés toutes les échographies réalisées par les urgentistes ayant une double évaluation avec les spécialistes d'organe dans les domaines de l'échogrqphie abdominale, cardiaque, pleuro-pulmonaire et de compression veineuse. Nous avons soumis les résultats à une analyse comparative avec étude de la concordance.

Résultats : Sur 109 échographies réalisées en 2 mois, 47 ont été soumises à une double comparaison avec l'examen d'un spécialiste d'organe dont 16 échographies abdominales, 14 échographies pleuro-pulmonaires, 12 échographies cardiaques, 5 échographies de compression veineuse. Au total, dans les 4 domaines de compétences, on retrouve une sensibilité de 92%, une spécificité de 96%, une valeur prédictive positive de 80%, et une valeur prédictive négative de 98% (K=0,82).

Conclusion : L'échographie est un nouvel outil diagnostique pour l'urgentiste, qu'il devra utiliser selon ses compétences et s'ajouter en complément de l'examen clinique. Comme il s'agit d'une discipline nouvelle, il est important d'évaluer les compétences de ses utilisateurs et les recommendations de la Société Francaise de Médecine d'Urgence semblent être accessibles aux urgentistes pratiquant l'échographie. Malgré le manque de formation, les résultats sont encourageants et comparables à la littérature et devront être confirmés sur une étude de plus grande ampleur. Avec l'avènement du Diplome d'étude Spécialisé (DES) de médecine d'urgence, la formation en imagerie sera probablement plus importante, afin de faire bénéficier aux patients d'une meilleur prise en charge.

Tags : Echographie Médecine d'urgence FAST