P127 - Evaluation de l'intubation des enfants par les équipes d'un SMUR polyvalent

Elodie Honold (1), Corinne Prud'homme (1), Sophie Faille (1), Sophie Parisse (1), Clothilde Martin (1), Laurence Berton (1), Yves Lambert (1), Olivier Richard (1)

1. SAMU 78 - SMUR de Versailles, CH Versailles - André Mignot, Le Chesnay, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Les enfants représentent une faible proportion de l’ensemble des patients intubés par un SMUR polyvalent. Leur prise en charge nécessite des connaissances spécifiques notamment pour les gestes techniques et ne peut se limiter à une transposition des pratiques applicables à l’adulte. L’objectif de notre étude est d’évaluer l’intubation des enfants par les équipes d’un SMUR polyvalent (caractéristiques, difficultés et conformité aux recommandations).

Matériel et méthode : Etude descriptive, monocentrique, rétrospective du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2016. Les patients de moins de 15ans intubés par une équipe de SMUR ont été inclus. Trois groupes d’âge ont été étudiés : moins de 2ans, de 2 à 6ans et de 7 à 15ans. Les résultats sont issus de la base de données (Access®) des intubations du service.

Résultats : 96 enfants ont été inclus sur les 2842 patients (3,4%) de la base (exhaustivité 100%). Sexe ratio H/F 53/43. 25% avaient moins de 2ans, 21% entre 2 et 6ans, 54% entre 7 et 15ans. Lieux de prise en charge : 30% à domicile, 30% dans un VSAB, 17% sur la voie publique, 14% dans une UMH et 9% en intra hospitalier (transfert secondaire). Position du patient lors de l’intubation : 54% sur un brancard, 33% au sol, 10% sur un lit, 3% sur une table. Motifs de l’abord trachéal : neurologique 35%, ACR 32%, traumatologique 22%, respiratoire 6% et toxique 5%. Opérateur : IADE 51%, médecin urgentiste 47%, interne 2%. 15 intubations difficiles (Définies par ≥2 laryngoscopies et/ou technique alternative selon la conférence de consensus de la SFAR 2006) dont 8 utilisations du Mandrin d’Eschmann. Aucune intubation impossible. Tous les patients intubés pour une cause autre qu’un ACR (n=65) ont eu une induction. 68% des séquences d'induction étaient conformes aux recommandations, 32% (n=21) ne l’étaient pas (18 erreurs de posologies et 3 nourrissons induits avec de l’étomidate). Complications : 3% de pneumopathie d’inhalation.

Conclusion : L’intubation d’un enfant est un geste rare dans un SMUR polyvalent. Conformément aux données de la littérature, les erreurs les plus fréquemment rencontrées concernent la posologie et les indications des drogues utilisées pour l’induction. Le geste en soi pose peu de difficultés. L’apprentissage par la simulation est certainement un outil pédagogique à privilégier pour améliorer les pratiques.

Tags : SMUR pré hospitalier intubation pédiatrie