P194 - Évaluation de l'état de stress post traumatique chez les patients après un arrêt cardiaque extrahospitalier : étude observationnelle prospective.

Cécile Frémondière (1), Guillaume Debaty (1), Maxime Maignan (1), Damien Viglino (1), Patrice Baro (2), Domnique Savary (3), Claire Morvan (3), Caroline Sanchez (2)

1. Urgences SAMU, CHU de Grenoble, Grenoble, France
2. SAMU, CHU de Grenoble, Grenoble, France
3. Urgences, Annecy, Annecy, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’arrêt cardiaque peut constituer un traumatisme psychique important et pourrait être à l’origine d’un état de stress post traumatique.  L’objectif de cette étude était de connaître la prévalence de l’état de stress post traumatique chez les patients ayant survécu à un arrêt cardiaque pré hospitalier.

Méthode : Nous avons réalisé une étude observationnelle multicentrique se basant sur un registre régional des arrêts cardiaques sur une période de 2 ans (2015-2016). L’étude était proposée à tous les patients majeurs, ayant survécu à un arrêt cardiaque extrahospitalier d’origine médicale. Le critère de jugement principal était le questionnaire Impact of Event Scale Revisited (IES R), réalisé lors d’un appel téléphonique : un score supérieur à 36 suggérait la présence d’un trouble de stress post traumatique. Les objectifs secondaires concernaient la présence de symptômes anxieux et dépressif, à travers le questionnaire Hospital Anxiety Depression (HAD). Les facteurs favorisants le stress post traumatique étaient également recherchés.

Résultats : Sur 2915 arrêts cardiaques, 194 patients étaient vivants à 30 jours. 94 patients ont répondu à l’appel : 33 patients n’avaient pas de téléphone valide, 18 ont refusé de répondre, 8 sont décédés au cours de l’année, 38 n’ont pas répondu à l’appel et 3 patients répondaient aux critères d’exclusion. Un état de stress post traumatique était retrouvé pour 15 patients (16%), 9 patients (10%) avaient un score HAD montrant une anxiété et 5 patients (5%) suggérant une dépression. Il n’y avait pas de différence significative entre les patients ayant été évalués comme souffrant d’un état de stress post traumatique et les autres patients pour les caractéristiques suivantes : le sexe, les antécédents psychiatriques, les évènements traumatisants antérieurs, l’étiologie cardiaque, le rythme choquable initial, le délai du retour de l’activité cardiaque spontanée, le séjour en réanimation, la pose de Défibrillateur automatique implantable, l’absence de suivi par le médecin traitant, l’absence de suivi psychiatrique. Seule la prise de médicament psychotrope était différente entre les 2 groupes.

Conclusion :La survenue d’un arrêt cardiaque constitue un élément traumatisant pour les survivants. Notre étude démontre un stress post traumatique important chez près de 1 patient sur 5. Ces résultats devraient conduire à un dépistage systématique de troubles psychologiques au décours d’un arrêt cardiaque extrahospitalier.

Tags : Etat de stress post traumatique Arrêt cardiaque IES HAD Anxiété Dépression