P164 - Evaluation de l'apprentissage de l'échographie veineuse du membre inférieur "4 points" dans un service d'accueil des urgences

Axelle Chansac (1), Mathieu Bailly (1), Bertrand Garas (2), Jean Philippe Kahn (1), Eric Wiel (3)

1. URGENCE, CHAM, CUCQ, France
2. URGENCE, CHAM, Montreuil, France
3. URGENCE, SAMU 59, LILLE, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Contexte : La maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) est un motif fréquent de recours aux urgences. L’échographie doppler veineuse de compression est l’examen de référence pour le diagnostic de thrombose veineuse profonde mais nécessite un opérateur entraîné, d’où le développement de l’échographie « 4 points » par compressions veineuses fémoro-poplitées. Elle est réalisable par tout médecin urgentiste formé. Elle recherche les thromboses veineuses profondes proximales, potentiellement emboligènes.

L’objectif de l’étude était l’évaluation de la vitesse d’apprentissage de l’échographie « 4 points », à savoir recherche du nombre d’examens nécessaires pour paramétrer l’appareil échographique et réaliser l’examen, dans un service d’accueil des urgences de notre région.

 

Méthode : L’étude concernait l’ensemble des praticiens hospitaliers et internes néophytes en échographie travaillant dans un service d’urgences. La population cible était les patients consultant pour suspicion de MTEV. Les opérateurs bénéficiaient d’une formation théorique et pratique courte. L’évaluation de l’apprentissage se faisait par un questionnaire sur la prise en main de l’échographe (acquisition des réglages), la réalisation de l’échographie veineuse « 4 points » (repérage, test de compression) et le ressenti de l’opérateur. Le nombre d’’examens moyen et le temps moyen de réalisation étaient recueillis. Une déclaration a été faite auprès de la CNIL.

Résultats : 87 questionnaires ont été remplis du 15 février au 31 août 2016. La moyenne des examens par opérateur était de 4,5. Au 5ème examen, le choix du programme et de la coupe, le réglage de la profondeur, du gain et de la focale étaient acquis par les opérateurs ainsi que le repérage fémoro-poplité et le test de compression. Il y avait donc une acquisition conjointe des 2 objectifs principaux de l’étude. Le temps moyen d’un examen échographique était de 11 minutes et 20 secondes.

Conclusion : Notre formation théorique et pratique sur l’échographie veineuse « 4 points » suivie par des urgentistes néophytes en échographie est prometteuse. Elle peut être une ouverture à la mise en place d’une formation courte à l’échographie ciblée dans l’ensemble des services d’accueil des urgences.

Tags : échographie veineuse urgences thrombose veineuse profonde