P253 - Evaluation d'une technique de réduction originale des luxations gléno-humérales en position ventrale : étude préliminaire

Martin Cellerier (1), Yannick Jacquier (2), Jean-baptiste Pretalli (1), Abdellah Benaoumar (2), Thibaut Desmettre (1)

1. Urgences/SAMU 25, CHRU de Besançon 1 boulevard Fleming 25030 Besançon cedex, Besançon, France
2. Urgences/SAMU 90, CH de Trévenans 100 route de morval 90400 Trévenans, Trevenans, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : La luxation gléno-humérale est un problème fréquent, sans consensus sur la technique à utiliser en première intention. Objectif principal : comparer l’efficacité d’une technique de réduction ventrale originale, vis à vis d’un groupe témoin. Objectifs secondaires : comparer le temps de passage au SAU et la consommation d’antalgique dans les deux groupes.

Méthode : Etude rétrospective monocentrique menée de 2009 à 2015 dans un service d’accueil des urgences d’un CHG. Sur la période étudiée, 47 patients ont bénéficié de la technique : patient en decubitus ventral, membre luxé positionné en pendule, ligne de contact avec le brancard passant par la ligne médio-claviculaire pour neutraliser la contraction du muscle pectoral ; recherche de la tête humérale et du sillon delto-pectoral par pression vers la cavité glénoïde ; l’autre main tient le membre "relaxé" du patient juste au dessus du coude en exerçant une légère traction en rotation externe. Pour le groupe témoins, les patients ont été choisis de façon arbitraire : ils correspondaient aux premiers patients suivant la prise en charge d’un patient « cas ». Le critère de jugement principal était le taux de réussite, évalué sur une radiographie post réduction selon deux clichés (de face et profil de Lamy). Les objectifs secondaires étaient de comparer l’utilisation des antalgiques en comparant les EVA des patients « cas » avec celles des     « témoins », et aussi de comparer le temps de passage au SAU défini comme le temps séparant l’heure d’ouverture et de fermeture du dossier.

Résultats : 73% des patients ont été réduits avec succès par la technique ventrale originale contre 61% dans le groupe témoin (p=0,23). Concernant les antalgiques, 65% des patients « cas » n’ont reçu aucun antalgique contre 17% dans le groupe témoin (p=5,01X10^-10) avec des EVA comparable tout au long de la prise en charge. La moyenne du temps de passage au SAU était de 2,7 heures pour le groupe cas contre 10,8 heures pour le groupe contrôle. (Z=2,62)

Conclusion : Dans ce travail portant sur 47 cas, la technique originale de réduction en position ventrale est aussi efficace en terme de taux de réduction que les techniques standard. Elle est plus efficace en terme de temps de passage au SAU et d’épargne d’antalgique. Une étude prospective randomisée multicentrique pourrait représenter une perspective afin de valider l’intérêt de cette technique originale. 

Tags : luxation gléno-humérale technique ventrale shoulder dislocation