P227 - Evaluation ciblée de la pertinence des hospitalisations aux urgences - Recherche appliquée aux durées moyennes de séjour de moins de vingt-quatre heures hors UHCD

Marion Morin (1), Antoine Aubrion (2, 3), Richard Macrez (4, 5), Vladimir Mansour (3), Eric Roupie (2)

1. URGENCES - SMUR, Centre hospitalier Robert Bisson, LISIEUX, France
2. URGENCES - SAMU - SMUR, CHU de CAEN, CAEN, France
3. URGENCES - SMUR, CH Robert Bisson - Lisieux, LISIEUX, France
4. Inserm 1237 Physiopathology and Imaging of Neurological Disorders (PhIND), Team SPrInG, Centre Cyceron, Bd Becquerel, B¨P5229-F14074 Caen Cedex, France, CAEN, France
5. Département d'accueil et de traitement des urgences, CHU de CAEN, CAEN, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


OBJECTIFS

La pratique de notre activité s’inscrit de plus en plus dans une logique d’économie des dépenses de santé. L’objectif principal consiste en une revue de pertinence descriptive des admissions non programmées hospitalisées hors UHCD, de durée moyenne de séjour (DMS) de moins de 24h. Ceci afin de repérer, parmi elles, les hospitalisations non pertinentes, ou non justifiées, et les leviers pour optimiser leur prise en charge ou trouver une alternative à ces hospitalisations très courtes. Les objectifs secondaires étaient la concordance de diagnostic d’entrée et de sortie d’hospitalisation, le mode de sortie du patient, le taux de décès.

 

MATERIELS ET METHODES

Notre étude observationnelle descriptive rétrospective sur l’année 2016 concernait les patients hospitalisés hors UHCD de DMS de moins de 24h. La grille AEPf utilisée (Appropriateness Evaluation Protocole adaptée en France par la HAS) permet de les séparer en trois groupes : hospitalisations pertinentes (gravité clinique ou soins), non pertinentes mais justifiées (organisationnelles), non pertinentes et non justifiées (hébergement). Les comparaisons étaient réalisées par test de chi deux.

 

RESULTATS

Sur 8262 hospitalisations depuis les urgences, n=1006 hors UHCD ont une DMS de moins de 24h. Parmi celles-ci, selon la grille AEPf, 78% sont pertinentes (sévérité clinique, actes diagnostiques ou thérapeutiques, surveillance etc). Pour les 220 hospitalisations non pertinentes, 95% sont justifiées par des contraintes organisationnelles (avis spécialisés, actes d’imagerie, procédures). 47% pourraient rentrer à domicile si l’organisation des soins l’avait permis. Pour 39% de ces patients non pertinents, la structure la plus adaptée reste l’hôpital. Seulement 1% de ces 1006 hospitalisations sont non pertinentes et non justifiées. Au total dans 93% des cas, le diagnostic posé aux urgences concordait avec le diagnostic de sortie. Le service d’hospitalisation était adéquat dans 80% des cas. Le service était plus adapté à la prise en charge du patient si admis aux heures ouvrées (p<0.05). A leur sortie, 84% des patients rentraient à domicile, 10% étaient transférés dans un autre établissement médical ou médico-social, 3% sortaient et 3% décédaient.

 

CONCLUSION

Le taux d’hospitalisations pertinentes ayant une DMS de moins de 24h depuis notre service est élevé. Il persiste quelques leviers organisationnels permettant d’optimiser certaines prises en charge sans avoir recours à une hospitalisation.

Tags : Hospitalisation pertinente - Hospitalisation justifiée - Grille AEPf - DMS 24 heures