P262 - étude observationnelle des complications et de la satisfaction de la sédation procédurale par propofol aux urgences

Anne-marie Holman (1), Barbara Muller (1), Xavier Combes (1), Adrien Reuillard (1), Arnaud Michalon (2), Leroy Marion (1), Côme Gérard (3), Chloé Lefebvre (1)

1. urgences SAMU, CHU Félix Guyon, saint-denis, Réunion
2. urgences SAMU, hôpital Annecy, annecy, France
3. urgences SAMU, GHER, saint-benoit, Réunion
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction

La sédation procédurale (SP) permet de réaliser des gestes douloureux et traumatiques aux urgences, tout en assurant le confort des patients et des soignants. Cette technique est utilisée depuis une vingtaine d’années, les études sont rassurantes quant à sa sécurité. Le but de notre travail est d’évaluer le nombre d’effets indésirables (EI) sévères et modérés, puis d’évaluer les EI minimes et mineurs et la satisfaction des patients.

Patients et méthode

Notre étude est rétrospective, monocentrique et observationnelle. Elle inclut tous les patients ayant bénéficié d’une SP de 2012 à 2017. La SP est protocolisée ; les patients sont pré-oxygénés, reçoivent un premier bolus de 1mg/kg de Propofol, puis d’éventuels boli de 0.5 mg/kg toutes les 3 à 5 minutes pour atteindre une sédation cotée Ramsay 2. Nous avons classé les différents EI en fonction de leur gravité, en s’appuyant sur l’échelle établie par la World SIVA. Les EI sévères sont l’hypoxie avec recours à l’intubation oro-trachéale et les troubles hémodynamiques avec recours aux amines. Les EI modérés sont la nécessité de ventilation assistée par BAVU et au remplissage. Les EI minimes sont l’hypoxie, la bradycardie et l’hypotension, sans prise en charge spécifique. Les EI mineurs sont les vomissements.  La satisfaction des patients a été évaluée par nos grilles de saisies.

Résultats

501 patients ont été inclus, dont 90% pour un motif traumatologique. 70% étaient des hommes, la moyenne d’âge était de 25 ans. 184 étaient des enfants, 298 étaient âgés de 18 à 75 ans, et 19 avaient plus de 75 ans. Nous avons recueilli 17,9% de complications, dont 0,2% d’EI mineurs, 16,9% d’EI minimes, 0,8% d’EI modérés et aucun EI sévère. Les complications modérées ont toutes été mises en évidence chez des patients ayant été surdosés en Morphine ou en Propofol. Les enfants reçurent plus de Propofol et eurent plus d’EI que les adultes. 286 patients ont évalué leur satisfaction. Dans ce sous-groupe, 90% des patients ont été satisfaits.

Discussion

 Notre étude est intéressante pour le nombre de patients inclus et son exhaustivité. Les résultats sont concordants avec ceux des autres études : la SP aux urgences est sûre et satisfaisante pour les patients. Nous avons mis en évidence très peu d’hypoxie, en comparaison avec les autres études sur le Propofol.

Conclusion

Cette étude vient renforcer les données sur la sécurité de la SP aux urgences, nous espérons qu’elle favorisera son développement en France.

Tags : propofol sédation procédurale complications