CP060 - Etude Delta Screen : Intérêt pronostique d'une variation précoce du score qSOFA chez les patients suspects d'infection vus aux urgences

Najla Lemachatti (1), Mar Ortega (2), Andrea Penaloza (3), Pierrick Le Borgne (4), Pierre Géraud Claret (5), Celine Occelli (6), Evguenia Krastinova (7), Yonathan Freund (8)

1. Service d'accueil des urgences, Hôpital Tenon, Paris, France
2. Service d'accueil des urgences, Hospital Clinic, Barcelone, Espagne
3. Service d'accueil des urgences, Clinique Universitaire St Luc, Bruxelles, Belgique
4. Service d'accueil des urgences, CHU Strasbourg, Strasbourg, France
5. Service d'accueil des urgences, CHU Nîmes, Nîmes, France
6. Service d'accueil des urgences, Centre hospitalier Universitaire de Nice, Nice, France
7. , Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil, Paris, France
8. Service d'accueil des urgences, Pitié Salpêtrière, Paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L'introduction récente d'un nouvel outil pronostique, le qSOFA, permet l’identification précoce des patients septiques à risque d’évolution défavorable. Il repose sur la mesure ponctuelle de trois items : fréquence respiratoire ≥ 22/min, pression artérielle systolique ≤ 100 mmHg et altération de la conscience (Glasgow < 15). Un score qSOFA ≥ 2 est associé à un risque élevé de mortalité. L’approche actuelle méconnaît une éventuelle variabilité du qSOFA et le caractère prédictif d’une évaluation répétée de ce score. L’objectif principal est d’évaluer l’intérêt pronostique d’une variation du qSOFA dans les sepsis et chocs septiques pris en charge aux cours des trois premières heures aux urgences.

Matériel et Méthode : Etude de cohorte prospective internationale menée dans 17 services d’urgence adultes entre novembre 2016 et mars 2017. Les patients suspects d’infection et présentant un qSOFA ≥ 2 ont été inclus. Une mesure du qSOFA à H0, H1 et H3 a été réalisée. ΔqSOFA était défini par qSOFA H0 – qSOFA H3. Les données biologiques, le site de l’infection et la quantité de fluide administrée ont été recueillis. Le critère de jugement (CDJ) principal était la mortalité hospitalière à 28 jours. Un critère composite associant décès ou séjour en réanimation > 72 heures constituait le CDJ secondaire.

Résultats : Sur les 534 patients inclus, 22 ont été exclus, soit 522 patients au total, âgés en moyenne de 76 ans. Les infections respiratoires (46%) et urinaires (21%) étaient le plus souvent retrouvées. La mortalité hospitalière globale était de 27%. ΔqSOFA > 0 correspondait à un taux de mortalité de 18% vs 37% dans le groupe ΔqSOFA ≤ 0 (différence absolue 19%, IC 95% 12%-27%). Après ajustement, ΔqSOFA > 0 était associé à une réduction significative de la mortalité (HR 0.48, IC 95% 0.34-0.68). Une modélisation de la variation du qSOFA sur les trois premières heures objectivait une différence significative entre patients décédés et survivants.

Discussion : L’évaluation précoce d’une variation du qSOFA permettrait une stratification du risque. ΔqSOFA pourrait se substituer à des mesures invasives de monitoring telles que la clairance du lactate et s’intégrer aux objectifs préconisés par la Surviving Sepsis Campaign.

Conclusion : Chez les patients qSOFA ≥2 et suspects d’infection, une variation précoce du qSOFA est un facteur prédictif indépendant de mortalité. 

Tags : sepsis qSOFA variation pronostic