CP037 - Etude auprès de patients chuteurs de plus de 65 ans, traités par benzodiazépines et admis aux Urgences Adultes.

Cécile Condy (1), Catherine Laporte (2), Jeannot Schmidt (3)

1. Urgences Adultes, CHU Gabriel-Montpied, Clermont-Ferrand, France
2. , Faculté Médecine, CLERMONT FERRAND, France
3. Urgences Adultes, CHU Gabriel-Montpied, CLERMONT FERRAND, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Objectifs :

L’objectif principal de cette étude était de démontrer que l’envoi d’un courrier d’information sur les effets néfastes des benzodiazépines (BZD) et médicaments apparentés, adressé aux patients admis aux urgences pour chute, faciliterait la diminution de ces molécules. Les objectifs secondaires étaient d’évaluer à 3 mois, les récidives de chute, la survenue d’anxiété et d’insomnie, et l’initiation d’un échange avec le médecin traitant.

Méthode :

Etude comparative Avant / Après monocentrique. Les patients inclus étaient âgés de plus de 65 ans, consommateurs de BZD depuis plus de 30 jours, admis pour chute. Les critères d’exclusion étaient l’absence de renseignement du dossier informatisé, un traitement par BZD anti-épileptique, une psychose chronique, une démence sévère, une maladie de Parkinson, un éthylisme chronique et les patients en fin de vie. Le courrier d’information sur les effets indésirables des BZD était envoyé au patient dans le mois suivant la chute. Pour recueillir les critères d’évaluation, un appel téléphonique était effectué à 3 mois au patient. Le critère de jugement principal était le taux de patients ayant diminué leur prise de BZD à 3 mois et l’analyse était réalisée en intention de traiter.

Résultats :

139 patients ont été inclus dans la phase Avant (14/09/2016 au 24/12/2016) et 153 patients dans la phase Après (25/12/2016 au 27/04/2017). Les deux groupes étaient comparables en âge, genre, lieu de vie, polymédication, antécédents de chute, démence sous-jacente, hospitalisation au décours des urgences. Il y a eu 12 perdus de vue et 21 décédés. 23 patients n’ont pas reçu le courrier. L’étude a montré une diminution plus grande significativement des BZD dans le groupe receveur du courrier (47% vs 25%, p<0,001), une diminution non significative des récidives de chute dans le groupe receveur (22% vs 30%, p= 0,131). L’arrêt des BZD n’augmentait ni les anxiétés (32% groupe receveur vs 48% groupe contrôle, p=0,01), ni les insomnies (17% groupe receveur vs 35% groupe contrôle, p<0,001). Il y a eu une discussion avec le médecin traitant chez 46% des patients receveurs du courrier.

Conclusion :

Ces résultats nous encouragent à envoyer systématiquement un courrier d’information, aux patients âgés de plus de 65 ans, traités par BZD et admis pour chute aux urgences, dans le but de diminuer leur consommation chronique.

Tags : Soins de santé primaire patients âgés benzodiazépines chute urgences intervention minimale.