P252 - Etre migrant : un facteur de risque traumatique?

Galdric De Palleja (1), Frédéric Battist (2), Eric Pr Wiel (3)

1. SAU, CH DRON Tourcoing, Marcq-en-Baroeul, France
2. SAU, CH de Calais, Calais, France
3. Pôle de l'Urgence, CHRU de Lille et Université de Lille, LILLE, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Contexte : Située à 35 km des côtes anglaises, notre centre hospitalier est devenu un lieu d’immobilisation forcée pour les migrants qui vivent dans une grande précarité et tentent à tout prix de franchir la frontière franco-britannique. Notre service d’urgences rapporte sur l’année 2014 un taux élevé de recours pour motifs traumatologiques chez cette population.

Objectifs : comparer la part traumatologique des motifs de passages entre les migrants admis dans notre service d’urgences et les non migrants de notre région. Décrire les traumatismes rencontrés chez les migrants ainsi que leurs prises en charges.

Méthode : Nous avons mené une étude épidémiologique descriptive, monocentrique, rétrospective, au sein des urgences de notre CH entre le 1er mai et 31 octobre 2016.

Résultats : 907 migrants de sexe masculin, âgés de 16 à 35 ans ont consulté aux urgences contre 46019 non migrants dans le pool des 7 centres hospitaliers sélectionnés de notre région. Les motifs de recours traumatologiques étaient significativement plus élevés chez les migrants en comparaison avec la population générale (45.4% (n = 370) vs 32.22% (n = 14829), p < 0.001). Chez les migrants, la gravité était faible avec une prise en charge par le SMUR dans 0.28% (n = 1) des cas, une cotation CCMU ≤ 2 dans 96.46% (n = 354) des cas, un diagnostic bénin dans 80.77% (n = 294) des cas, une prise en charge au bloc opératoire dans 0.86% des cas (n = 3) et une hospitalisation dans 4.48% (n = 17) des cas.

Conclusion : Etre migrant est un facteur de risque de survenue d’événements traumatiques.

 

Tags : migrants traumatismes urgences épidémiologie.