P240 - Epidemiologie des pendaisons en préhospitalier

Laure Alhanati (1), Isabelle Klein (2), Catherine Rivet (3), Marianne Millet (2), Alain Courtiol (4), Michel Bignand (1), Jean Pierre Tourtier (1)

1. Brigade des sapeurs pompiers de Paris, Brigade de sapeurs pompiers de Paris , paris, France
2. Brigade des sapeurs pompiers de paris, Brigade des sapeurs pompiers de Paris, paris, France
3. Brigade des Sapeurs Pompiers Paris, Brigade des Sapeurs Pompiers Paris, paris, France
4. Brigade des sapeurs pompiers de paris, Brigade des sapeurs pompiers de paris, paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction.

 En préhospitalier, la prise en charge de pendu est un motif de départ assez fréquent. Cependant, très peu d’étude préhospitalière les ont étudiées.  Le but de cette étude était donc d’étudier l’épidémiologie des patients victimes de pendaison ainsi que les thérapeutiques mises en jeu et le devenir des patients.

 

Matériels et méthodes.

Etude observationnelle rétrospective sur deux ans dans un service préhospitalier sur une cohorte de patients pendus à l’appel des secours. Le recueil des données portait sur les caractéristiques des patients (âge sexe), le type de pendaison, l’arrêt cardio respiratoire à l’arrivée ou non la réalisation d’une réanimation à l’arrivée des secours ou non, les thérapeutiques utilisées (RCP, drogues, immobilisation), et les devenir des patients.

Résultats.

Du 01 janvier 2016 au 01 décembre 2017, 75 patients ont été pris en charge en préhospitalier pour pendaison.  Les victimes avaient un âge médian de 49 ans [30-63] Il s’agissait de 57 (78%) hommes. Dans 54 cas (72%) la victime était en arrêt cardio respiratoire (ACR) à l’arrivée des secours, avec une réanimation cardiopulmonaire (RCP) réalisée chez 25 patients (46%) et un transport hospitalier chez 9 d’entre eux (34%). Les autres victimes qui n’étaient pas en ACR à l’arrivée des secours ont été intubées dans 5 cas (23 %). Elles ont ensuite été orientées aux Service d’accueil des urgences dans 11 cas (52 %),dans 6 cas (29%) en réanimation et dans 4 cas (19%) dans un réveil.

Discussion.

 

Il s’agit d’une des rares étude préhospitalière sur les pendaisons. Comme dans la littérature les victimes sont d’âges médians et préférentiellement masculines. Le pronostic est le plus souvent sombre avec une majorité de victimes en arrêt cardio respiratoire dès l’arrivée des secours et une issue le plus souvent fatale. Cependant 16 % des victimes dans ce cas ont  récupérées un rythme  et ont pu être transportées vers un centre hospitalier. Il serait intéressant d’étudier en détails les délais et les types de pendaison pour voir les causes de non réanimation et de non succès de la RCP.

 

Conclusion :

Le patient pendu en préhospitalier est souvent retrouvé en ACR. Il nécessite alors une RCP puisque le patient peut récupérer un pouls. Il serait intéressant d’étudier les séquelles de ces patients ainsi que les causes de bons et de mauvais pronostic.

 

Tags : pendaison préhospitalier