P122 - Epidémiologie des boiteries de l'enfant de moins de 11 ans aux urgences pédiatriques

Elodie Mejean (1, 2), Andreea Valean (1), Myriam Bonnefoy (1), Bertrand Chevallier (3), Valérie Soussan-banini (1)

1. urgences pédiatriques, hôpital Ambroise Paré, Boulogne, France
2. urgences, hôpital Tenon, Paris, France
3. pédiatrie générale, hôpital Ambroise Paré, Boulogne, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction :

Le but de notre étude est de décrire l’épidémiologie médicale et traumatologique des boiteries de l’enfant aux urgences pédiatriques.

Matériel et Méthode :

Notre étude est rétrospective, observationnelle, analytique et monocentrique en SAU pédiatrique. Les données ont été extraites des dossiers du logiciel URQUAL® du 1 janvier au 31 décembre 2016 chez les enfants de 0 à 11 ans qui consultaient pour une boiterie aiguë. Les analyses statistiques ont été réalisées en univarié avec le logiciel Biostat TGV®.

Résultats :

Les boiteries représentaient 599 consultations, soit 3% des passages aux urgences. Chez les 89 enfants de 0 à 3 ans, le diagnostic retenu était un traumatisme pour 39 enfants dont 47% de fractures, alors que l’anamnèse traumatique n’était pas connue pour 20% d’entre eux. Les autres diagnostics étaient : une infection ostéo-articulaire pour 14 enfants (15%), une synovite transitoire pour 3 enfants (3%), et indéterminé pour 26 enfants (29%).

Chez les 510 enfants de plus de 3 ans : 415 ont consulté pour un motif traumatologique dont 389 entorses ou contusions et 26 fractures. Parmi les 95 enfants avec diagnostic non traumatologique, une synovite aiguë transitoire était retenue pour 34 (36%), une infection ostéo-articulaire ou cutanée pour 30 (31%), une cause indéterminée pour 19 (20%).

L’anamnèse de fièvre et l’augmentation de la CRP permettaient de différentier significativement les synovites transitoires et les causes « indéterminées » des infections ostéo-articulaires.

Discussion :

L’étude montre la part importante des étiologies traumatiques à tout âge, avec une prédominance de fractures chez les moins de 3 ans et de traumatismes bénins chez les plus de 3 ans. Les boiteries de cause « indéterminée » sont fréquentes, rendant indispensable une consultation de contrôle afin de ne pas méconnaître une infection osto-articulaire.

Conclusion :

Le diagnostic étiologique des boiteries de l’enfant est réalisable dans toute structure d’urgences, grâce à une démarche anamnestique, clinique et para-clinique adaptée à l’âge.

Tags : boiterie - enfant - fracture