CP156 - Enquête sur la pratique des hémocultures par les infirmiers diplômés d'état

Barbara Alves (1), Alison Dornic (1), Benoit Vivien (1), Romain Jouffroy (1)

1. Service d'anesthésie réanimation - SAMU, Hôpital Necker-Enfants Malades - APHP - 149 rue de Sèvres 75015 Paris - France, Paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction

La bactériémie engendre une morbidité et une mortalité élevée (1). Le diagnostic bactériologique repose sur la réalisation d’hémocultures pour laquelle les recommandations ont été actualisées en 2015 (2). Le prélèvement réalisé de manière incorrecte occasionne des diagnostics erronés, des antibiothérapies inadaptées et des durées de séjour prolongées (3). Les infirmiers diplômés d’état (IDE) étant les premiers à pratiquer le prélèvement, nous avons mené une enquête évaluant la connaissance des recommandations de bonne pratique un an après leur parution.

Méthode

Un questionnaire comportant 25 questions  a été envoyé par voie électronique à des IDE de France métropolitaine et des DOM TOM.

Résultats

* 64 IDE ont participé, 85% de femmes d’âge moyen de 27±3ans.

* Ancienneté et lieu d’exercice : 44% exercent depuis 2-5 ans, 25% depuis 1-2 ans, 25% depuis plus de 5 ans et 6% depuis moins d’1 an. 45% en réanimation, 20% aux urgences et 35% dans divers services.

* Concernant la pratique des hémocultures :

- 89% commencent par le flacon aérobie, 37% ne désinfectent pas l’opercule, 57% prélèvent 2 à 3 paires par jour, 68% une paire à la fois, 46% numérotent les flacons et 94% les conservent à température ambiante.

- 79% effectuent le prélèvement au-delà de 38,5°C, 10% au-delà de 38,2°C et 11% au delà de 38°C, 57% en périphérie, 75% prélèvent les hémocultures en premier avec un volume approximatif (42%), entre 6 et 8ml (36%) et entre 8 et 10ml (22%).

- Lors du prélèvement 86% portent un masque et 75% des gants.

- 95% déclarent effectuer le prélèvement après désinfection des mains par une solution hydro alcoolique.

- Une désinfection alcoolique de la peau est réalisée par 71% et 7% une désinfection « 4 temps ».

Conclusion

Les hémocultures sont réalisées selon les recommandations antérieures à 2015. Une large diffusion par la formation continue pourrait aider à améliorer les pratiques de prélèvement et pourrait avoir un impact sur le diagnostic étiologique et la prise en charge des bactériémies.

Références 

  1. Réseau BN-RAISIN. Surveillance des bactériémies nosocomiales dans les établissements de Santé en France, protocole national 2006
  2. REMIC 2015
  3. 3. Jeanmaire – 16èmes JNI 2015

Tags : sepsis hémocultures IDE pratique recommandations