P265 - Enquête CAP : évaluation des connaissances, attitudes et pratiques concernant l'utilisation de la Kétamine les médecins urgentistes

Hajer Kraiem (1), Rahma Jaballah (2), Oumeima Ben Othmene (2), Majdi Omri (1), Mohamed Aymen Jaouadi (1), Nasreddine Souissi (2), Mohamed Nejib Karoui (1), Naoufel Chebili (1)

1. SAMU 03, CHU SAHLOUL, SOUSSE, Tunisie
2. SAMU 03, CHU Sahloul, Sousse, Tunisie
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction

La kétamine est un produit classiquement utilisé comme agent anesthésique mais qui possède également un intérêt certain, dans le cadre de l’analgésie. Dans notre pays, la prescription de cette drogue dans les services d’urgence reste encore mal connue.

L’objectif de notre travail est d’évaluer les connaissances, attitudes et pratiques des médecins urgentistes concernant l'usage de la kétamine aux urgences. 

Matériels et méthodes

Il s'agit d'une enquête type CAP, menée en Février 2017 auprès du personnel médical exerçant aux urgences et en pré-hospitalier. Le recueil des données s'est fait via un questionnaire anonyme qui contient, outre certaines caractéristiques démographiques et professionnelles des personnes enquêtées, des informations relatives aux connaissances théoriques concernant les indications, les avantages, les contre-indications et effets indésirables de la Kétamine, ainsi que la pratique quotidienne concernant les modalités d'usage. Les raisons d'une réticence à son utilisation, si elle existe, ont été consignées.

La saisie et l’analyse des données ont été réalisées par SPSS.

Résultats:

Au total, 64 urgentistes ont répondu au questionnaire, il s'agit de résidents en médecine d'urgence dans 82% des cas.

Pour les indications de la Kétamine, l’analgésie était citée dans 87% des cas. Les autres indications (sédation, anesthésie et induction) ont été citées respectivement dans 46%, 28% et 21% des cas.

48% des médecins sont des prescripteurs de la Kétamine (6.5% de façon quotidienne, 10% hebdomadaire, 19% mensuelle et 64.5% de façon plus rare).

100% des médecins prescripteurs utilisent la Kétamine à but antalgique dont 22% en co-analgésie (morphine).

Les motifs de non prescription de la Kétamine sont: l'absence de connaissances suffisantes sur la molécule (82%), l'absence d'accès au produit (18%) et l'absence d'un protocole institutionnel (86%).

Discussion et Conclusion:

Les premières analyses de cette enquête sur la Kétamine aux urgences mettent en évidence une méconnaissance des propriétés et avantages de cette molécule chez les urgentistes d'une part et un usage limité et centré sur l'analgésie d'autre part. Une mise en place de protocole institutionnel et des formations spécifiques sur les modalités d'utilisation de la kétamine permettront d'adapter nos pratiques.

Tags : kétamine urgentistes évaluation enquête