P033 - Dysnatrémie au cours de l'épisode aiguë d'un AVC ischemique.

Walid Mhajba (1), Mohamed Ali Cherif (2), Mohamed Mezgheni (3), Maher Arafa (4), Imen Mekki (4), Dhekra Hamdi (5), Youssef Zied El Hechmi (2), Zouhaier Jerbi (2)

1. service des urgences, hôpital habib thameur, tunis, Tunisie
2. Urgences Médico-chirurgicales Adultes , hôpital Habib Thameur, Tunis,Tunisia ., tunis, Tunisie
3. service des urgences, hôpital habib thameur, tunis,
4. service des urgences, hôpital Habib thameur , tunis, Tunisie
5. emergency department , hospital habib thameur, tunis, Tunisie
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : La dysnatrémie est un désordre hydro-électrolytique très fréquent aux urgences. Ses étiologies sont très variées et son imputabilité dans la mortalité a été confirmée surtout chez les patients cérébro-lésés.

Objectif : Le but de ce travail est d’étudier la fréquence de dysnatrémie chez les patients hospitalisés pour AVC ischémique (AVCi), rechercher les facteurs associés et son impact en terme de morbi mortalité.

Patients et méthodes : nous avons retenu les dossiers des patients hospitalisés dans notre service pour AVCi entre janvier 2014 et décembre 2015. Les patients ont été classés en 02 groupes selon la natrémie (la valeur de la natrémie retenu est celle mesuré au laboratoire): groupe A (Na<135 mmol/L ou Na>145 mmol/L) et groupe B (135≤ Na ≤145).

Résultat : Deux cents soixante-seize patients étaient inclus d’âge moyen 69 ± 12 ans et de sex ratio 1,04. Les patients étaient répartis comme suit : 83 pour le groupe A avec 75 cas d’hyponatrémie et 08 d’hypernatrémie et 202 pour le groupe B soit une incidence de dysnatrémie de 29 %. Les principaux facteurs associés à une dysnatrémie étaient les Atcds de diabete et d'insuffisance cardiaque l'hyperglycemie ainsi que un traitement par diuritique ou par corticoides .La durée de séjour chez les  patients avec une dysnatrémie était de 03,02 jours comparée à 02,38 jours chez l’autre groupe (p=0,036). Il n’y avait pas de différence significative entre les deux groupes concernant la survenue de transformation hémorragique (groupe A= 04,8%, groupe B =06,4%, p=0,785) ni pour la pneumopathie d’inhalation (groupe A=13,2 %, groupe B= 08,4%, p=0,272). La mortalité dans groupe A et B était respectivement de : 15% et 12,4% (p=0,451).

Conclusion : Dans cette étude, il parait que le dysnatrémie initiale n’a pas d’impact sur la mortalité malgré qu’elle associée à un tableau clinique plus grave et à une durée de séjour plus prolongé. Une étude à plus grande échelle pourrait affirmer ou infirmer ces constatations

Tags : dysnatremie Pronostic Urgences