CP086 - Douleur thoracique aux urgences : Facteurs prédictifs de recherche de l'embolie pulmonaire

Antoine Lefevre Scelles (1, 2), Mélanie Roussel (3), Paul Jeanmaire (4), Luc-marie Joly (3), Yonathan Freund (5, 6)

1. Département Réanimation Anesthésie Samu, CHU Charles Nicolle, Rouen, France
2. Unité Inserm U982, Université de Rouen, Mont saint aignan, France
3. Département de médecine d'urgence, CHU Charles Nicolle, Rouen, France
4. Département de médecine d'urgence, Centre hospitalier intercommunal Elbeuf Louviers Val-de-Reuil, Saint aubin les Elbeuf, France
5. Département de médecine d'urgence, CHU Pitié Salpétrière, Paris, France
6. , Paris Sorbonne Université - UMPC Paris 06, Paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’embolie pulmonaire (EP) est une pathologie mortelle présentant des tableaux cliniques polymorphes. Actuellement aucune étude ne s’est intéressée à la recherche des facteurs d’initiation de la recherche de l’EP. L’objectif de notre étude était de déterminer la proportion de patients admis pour douleur thoracique avec suspicion d'EP et d’en extraire les facteurs déterminants.

Matériel et méthodes : Cette étude épidémiologique rétrospective multicentrique a été menée dans 3 services d’urgences français sur une période de 2 mois. Nous avons inclus les patients se présentant aux urgences pour une douleur thoracique. Le critère de jugement principal était la recherche de l'EP, définie par la présence dans le dossier d’un score PERC ou d’un résultat de D-Dimère, angioscanner thoracique, écho-doppler veineux.

Résultats : Nous avons inclus 881 patients qui présentaient une douleur thoracique, l'âge moyen était de 49 ans. L’exploration d’une EP était effectuée chez 30% (n=266) d'entre eux.  L’EP a été confirmée dans 4 cas (2%). Cinq facteurs ont été identifiés comme étant indépendamment associé à la recherche d’une EP (Figure 1): le sexe, l’âge, l’absence de cardiopathie ischémique, un voyage récent, et la présence d’une dyspnée associée.

Conclusion : Cette étude montre que l’identification des facteurs d’exploration de l’EP aux urgences pourrait permettre de réduire le risque de faux négatifs, en optimisant les stratégies diagnostiques déjà connues.

Tags : Douleur thoracique Embolie pulmonaire Diagnostic