P211 - Difficultés d'accès des équipes SMUR aux quais des gares ferroviaires de transport public : un modèle géospatial d'accessibilité piétonne altérée

Matthieu Heidet (1), Eric Mermet (2), Rosa Jeremie (3), Jean Marty (1)

1. SAMU 94, CHU Henri Mondor, Créteil, France
2. CAMS, EHESS Paris, Paris, France
3. , CHU Henri Mondor, Créteil, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’allongement du temps d’arrivée des équipes SMUR auprès du patient aggrave le pronostic dans plusieurs pathologies urgentes. En raison de leur affluence, les gares de transport public sont des lieux potentiellement pourvoyeurs d’un grand nombre de situations urgentes. Or, l’accessibilité piétonne des équipes SMUR dans les gares n’a jamais été évaluée, et les facteurs qui l’altèrent sont inconnus. Notre étude avait pour objectif de mesurer les temps de trajet piéton depuis l’entrée des gares d’un département urbain jusqu’à la fin des quais afin d’envisager la mise en place de mesures correctives.

 

Matériel et méthode : Étude quasi-expérimentale. Identification des dix gares ferroviaires publiques les plus fréquentées d’un département urbain. Mesure du trajet piéton depuis l’entrée (telle que définie par l’adresse postale) jusqu’à la fin de chaque quai. Relevé des courbes isochrones en cinq classes (0-60s, 60-120s, 120-240s, >240s) et report cartographique (QGIS, GoogleMaps, IGN).

 

 Résultats : Exemple de carte d’isochronie sur l’une des gares étudiées (fig.1).

Discussion : L’accès piéton des équipes SMUR aux quais des gares publiques est souvent allongé au-delà de 240 secondes. L’amélioration des temps de réponse des SMUR dans ces lieux devrait passer par l’identification de points d’accès facilitants et l’élaboration de mesures d’anticipation. L’impact clinique de ces difficultés doit être évalué dans les pathologies les plus urgentes.

Tags : SMUR Accessibilité Géospatialisation