CP074 - Devenir des patients non hospitalisés consultant aux urgences pour douleur thoracique non traumatique

Yannick Auffret (1), Hanaa Bouras (2), Guillaume Mazetier (3), Hervé Guillemot (2), Louise N'guyen (4), Xavier Hamon (5), Florence Soufflet (6), Caroline Petit (1)

1. Urgence, CH Quimper, Quimper, France
2. Urgence, CH Douarnenez, Douarnenez, France
3. Urgence, CHU Brest, Concarneau, France
4. Urgence, CH Concarneau, Fouesnant, France
5. Urgence, CH Landerneau, Landerneau, France
6. Urgence, CHU Brest, Brest, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : la douleur thoracique (DT) (comptant plus de 80 étiologies) est un motif fréquent de recours au service d'urgence (SU).
Matériel et méthode : L’étude est prospective observationnelle multicentrique en 2 phases descriptives avec suivi téléphonique à 6 semaines (S6). L’objectif principal est d’évaluer la concordance du diagnostic(CD) établi à la sortie du SU pour des patients majeurs non hospitalisés pour DT aigüe non traumatique; les secondaires : évaluer la guérison et récidive des symptômes, le recours d’une consultation à un médecin traitant ou spécialiste ou aux urgences (ReU), les arrêts de travail.
Résultats : 202 patients ont été inclus (28 perdus de vue à S6). Les 3 diagnostics les plus fréquents ont été la douleur pariétale (34%), l’anxiété (23%) et inconnu (15%). Les diagnostics finaux posés ont été la douleur pariétale (27%), l’anxiété (24%), inconnu (20%) et angor (6%). La CD est de 71% selon la méthode exacte de Fischer par loi binomiale. Elle n’est pas modifiée par les caractéristiques de la population. La symptomatologie a récidivé dans 40% des cas (33% si CD vs 66% p 0.005). La guérison est plus fréquente quand il y a CD (85% vs 28% p < 0.001). La CD est meilleure selon le score de Kappa pour l'angor et la douleur pariétale (0.79), la péricardite (0.76), les troubles du rythme (0.7). Les patients ont reconsulté : 51 % d'entre eux le médecin traitant (si CD 4% vs 68% p 0.005), 33% un spécialiste (si CD  28% vs 46 % p:0.024),  11% ont ReU et 17%  ont eu un arrêt travail sans influence de la CD.
Discussion : La CD est de 71 % (comparable à la littérature). Lorsqu’il y a discordance, la récidive des symptômes est statistiquement plus fréquente, ainsi qu'une consultation chez les médecins de ville, sans effet sur l'arrêt de travail et la ReU.
Seuls 2 patients ont eu un diagnostic corrigé d’angor dans notre étude et un patient est décédé (0,6 %). Dans la littérature, il y a jusqu'à 3 % d’infarctus du myocarde  et/ ou de décès parmi les patients rentrant à domicile. Nous n’avons que 15% de DT sans diagnostic vs 40 % dans une étude similaire. Logiquement, il y a statistiquement plus de guérison quand il y a CD : 85 vs 28% (p < 0,001).
 Conclusion : la CD est bonne. Les examens cliniques et paracliniques réalisés au SU permettent de poser globalement un bon diagnostic. La non-conformité du diagnostic a 1 impact statistiquement significatif sur la guérison, la qualité de vie des patients et le recours répété aux services de santé.

Tags : douleur thoracique non traumatique urgences