P021 - Détermination du 99ème percentile de la troponine T hypersensible en fonction du débit de filtration glomérulaire estimé : une approche basée sur la variation analytique limite ajustée

Denis Monneret (1), Pierre Hausfater (2, 3), Bruno Riou (2, 3), Dominique Bonnefont-rousselot (1, 4)

1. Service de Biochimie Métabolique, Hôpitaux Universitaires Pitié Salpêtrière-Charles Foix, AP-HP, Paris, France
2. Département des Urgences, Hôpitaux Universitaires Pitié Salpêtrière-Charles Foix, AP-HP, Paris, France
3. GRC-14 BIOSFAST, Sorbonne Universités, Université Pierre et Marie et Curie (UPMC Univ Paris 06), Paris, France
4. CNRS UMR8258-INSERM U1022, Faculté de Pharmacie, Sorbonne Paris Cité, Université Paris Descartes, Paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Le diagnostic d’infarctus du myocarde est principalement basé sur une augmentation de la troponine cardiaque, avec au moins une valeur au-dessus du 99ème percentile de la population générale. Cependant, la troponine T hypersensible circulante (TnThs) augmente lorsque le débit de filtration glomérulaire (DFG) baisse. L’objectif était de déterminer la valeur du 99ème percentile de la TnThs (TnThs-99P) en fonction du DFG estimé (DFGe), chez des patients hospitalisés.

Matériel et Méthode : Les résultats concomitants de TnThs et créatinine plasmatique de patients âgés 18 à 100 ans ont été sélectionnés par une analyse rétrospective de données de laboratoire sur 4 ans. Les patients étaient considérés stables sur le plan cardiaque et rénal lorsque la variation entre deux résultats successifs –séparés d’au moins 3 heures– de TnThs et de créatinine était inférieure à la variation analytique limite ajustée à la concentration, calculée selon l’équation de régression polynomiale inverse (CV analytique = f (concentration)). Les TnThs-99P ont été déterminés par la méthode non paramétrique du CLSI EP28-A3 pour six classes de DFGe, calculé selon les formules du CKD-EPI.

Résultats : Sur 33131 résultats concomitants de TnThs et créatinine, 2118 étaient considérés stables dans le temps. La TnThs augmentait avec la baisse du DFGe (rho ?0,56; P < 0,0001). Après exclusion des valeurs extrêmes, les TnThs-99P (IC90%) étaient : 10 (9-11), 16 (15-17), 24 (23-25), 33 (31-34), 46 (44-47), 124 (115-133) ng/L pour des médianes de DFGe (5-95P) à 120 (111-144), 104 (99-109), 94 (90-98), 84 (79-89), 69 (61-77), 45 (13-59) ml/min/1,73 m2, respectivement.

Discussion : Le TnThs-99P à 14 ng/L de la population générale (Giannitsis et al, Clin Chem 2010) utilisé comme seuil diagnostic ne tient pas compte de la fonction rénale. Cela peut conduire, en cas de baisse du DFGe, à un faux diagnostic de souffrance cardiaque, notamment chez les patients âgés. Notre étude a montré une relation inverse forte entre la TnThs et le DFGe, avec des TnThs-99P proches du seuil usuel de 14 ng/L pour des DFGe normaux ( > 100 ml/min/1,73 m2) mais augmentant graduellement jusqu’à plus de 120 ng/L pour des DFGe d’insuffisance rénale modérée à sévère ( < 60 ml/min/1,73 m2).

Conclusion : Sur la base d’un modèle de sélection analytique, nous proposons des TnThs-99P spécifiques du DFGe, potentiellement utilisables comme seuils diagnostiques de souffrance cardiaque chez des patients insuffisants rénaux.

Tags : Troponine T hypersensible débit de filtration glomérulaire estimé 99ème percentile variation analytique limite ajustée