P154 - Comparaison du risque hémorragique des admis dans un service d'urgence sous Anti-vitamines K vs Anticoagulant Oraux directs admis dans un service d'urgence.

Pierre-henri Beal (1), Farès Moustafa (2), Céline Lambert (3), Vincent Marquet (1), Marine Mondet (4), Marie Valette (2), Julien Raconnat (2), Jeannot Schmidt (2)

1. Urgences Adultes, CHU Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France
2. pôle SAMU-SMUR-Urgences, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France
3. Service biostatistique, CHU Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France
4. pôle SAMU-SMUR-Urgences, CHU Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont une alternative aux anti-vitamines K (AVK). Certains travaux semblent en faveur d’un sur-risque hémorragique pour les AVK. L’objectif de notre étude est d’évaluer, en vie réelle, les caractéristiques et les événements hémorragiques des patients sous AOD comparativement à ceux sous AVK.

Méthode : Nous avons utilisé la base de données RATED afin de réaliser une étude rétrospective, monocentrique et descriptive des patients sous AOD ou AVK, admis dans notre service d’urgences du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2015. La base de données RATED (Registry of antithrombotic in emergency department, NCT02706080) recueille, depuis janvier 2014, tous les patients, sous antithrombotiques, se présentant dans notre service d’urgence.

Résultats : 2132 patients traités par AVK (1827 patients, 85.7%) ou AOD (305 patients, 14.3%) ont été inclus. Les patients sous AVK étaient plus âgés que ceux sous AOD (respectivement, 77.5±13,7 vs. 73,0±15 ans, p< 0.001). Un antécédent d’hypertension, de diabète, de cancer, d’artériopathie et de polymédication était plus fréquemment retrouvé chez les patients sous AVK. Le score hémorragique était plus élevé chez les patients sous AVK par rapport à ceux sous AOD (respectivement, 14.1 vs. 6.9% de score Hemorrhages à haut risque, p<0.001 et 21.4 vs. 17.4% de score HASbled à haut risque, p<0.001). Un patient sur 5 a présenté un accident hémorragique dont 321 (17.6%) dans le groupe AVK et 56 (18.4%) dans le groupe AOD (p= 0.74). Cent soixante six patients (44%) ont présenté une hémorragie grave dont 144 (87%) dans le groupe AVK et 22 (13%) dans le groupe AOD. Après analyse multivariée, il n’y avait pas de différence significative concernant les hémorragies entre les patients sous AOD et ceux sous AVK (OR= 0.88, IC95%=0.61-1.26) ou les hémorragies graves (OR= 1.06, IC95%=0.63-1.79). Après score de propension, les patients sous AVK présentaient moins d’hémorragie que ceux sous AOD (respectivement, 14.7% vs. 17.1%, p=0.045).

Conclusion : Notre étude de vraie vie a permis de montrer que, comparativement aux patients sous AOD, ceux sous AVK étaient plus âgés avec plus d’antécédents cardiovasculaire, plus de traitements associés et un sur-risque hémorragique. Après score de propension, il semblerait que les patients sous AVK présentent moins d’accidents hémorragiques que ceux sous AOD. La poursuite d’étude de vraie vie est nécessaire pour surveiller les accidents hémorragiques chez ces patients.

Tags : anticoagulant hémorragie AVK AOD