P077 - Comparaison des temps d'intubation en pré hospitalier en laryngoscopie directe versus vidéo-laryngoscopie.

Margot Cassuto (1), Armelle Severin (1), Isabelle Priour (1), Pauline Rougevin (1), Nawel Salhi (1), Anna Ozguler (1), Michel Baer (1), Thomas Loeb (1)

1. SAMU 92, Raymond Poincaré hospital, APHP, Garches, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction

Le recours au vidéo-laryngoscope est recommandé au bloc opératoire en cas d’intubation difficile (ID). Peu de données existent sur son utilisation en préhospitalier. L’objectif de cette étude était de comparer les temps d’intubation (TI) avec un vidéo-laryngoscope McGrath (McG) versus une laryngoscopie directe (LD) réalisée par des personnels de l’urgence en condition d’ID.

Matériel et méthode

Etude en cross over, avec randomisation en deux groupes, sur mannequin adulte portant un collier cervical. Les participants réalisaient 4 fois 2 intubations avec chaque dispositif en alternance. La randomisation définissait le premier dispositif utilisé.

Les variables relevées étaient :

Caractéristiques du participants : âge, sexe, nombre d’intubations réalisées chaque année, nombre d’ID par an, connaissance antérieure du McG et utilisation antérieure du McG.

Temps : exposition (Texp), intubation (Tint) correspondant au passage du tube dans la glotte et vérification (Tver) après expansion pulmonaire.

Qualités du McG versus LD : maniabilité, amélioration de la vision glottique, réduction des forces de traction, amélioration du positionnement trachéal et facilitation de l’IT via une EN allant de 0 (non) à 4 (oui). Un score à 3 ou 4 était considéré comme en faveur du McG.

Résultats

29 participants ont été évalué : 23 (79%) médecins urgentistes et 6 (21%) infirmiers anesthésistes.  L’âge moyen était de 42 (+/-10) ans, avec 16 (55%) d’hommes. Seize (55%) participants ont pratiqué plus de 10 IT/an, et 4 (14%) ont pratiqué plus de 5 ID/ an. 18 (62%) connaissaient le McG et 10 (35%) l’avait déjà utilisé. On ne retrouvait pas de différence entre les 2 groupes.

Aucun échec d’intubation n’a été relevé à la première exposition. Les moyennes des TI variaient de 14,44s (Texp), 29,50s (Tint), et 38,39s (Tver) au premier essai à 6,50s (Texp), 16,39s (Tint), 23,36s (Tver) au 4ème essai, sans différence significative entre les 2 groupes.

Le McG était considéré comme maniable, améliorant la vision glottique, réduisant la force de traction, permettant un positionnement du tube et facilitant globalement l’IT dans respectivement 27 (96%), 25 (86%), 20 (71%), 13 (45%) et 19 (67%) des cas.

Conclusion

Les TI ne différaient pas en fonction du dispositif utilisé mais diminuaient au fur et à mesure des essais. Le McG était ressenti comme plus maniable mais n’aidant que modérément sur le bon positionnement du tube. Une évaluation « dans la vraie vie » doit  compléter cette étude de simulation.

Tags : Intubation difficile Mc Grath prehospitalier