P107 - Charge mentale des médecins régulateurs : faisabilité d'une étude exploratoire à partir de mesures physiologiques électroencéphalographiques

Marion Pierson-marchandise (1), Emilie Lesieur (2), Ardalan Araabi (3), Stéphane Delanaud (3), Maxime Gignon (1, 4), Laurent Boidron (5), Frédéric Telliez (3), Christine Ammirati (2, 6)

1. Service de Santé publique, CHU Amiens, SimUSanté, CHU Amiens, Université Picardie Jules Vernes, Amiens, France
2. Département de médecine d'urgence, CHU Amiens, SimUSanté, CHU Amiens, Université Picardie Jules Vernes, Amiens, France
3. , Laboratoire PERITOX, Centre Universitaire de Recherche en Santé, Université Picardie Jules Verne, Amiens, France
4. , Laboratoire Education et Pratique en Santé, Paris XIII, Paris, France
5. Département de médecine d'urgence, CHU Dijon, LEAD CNRS UMR5022, Université de Bourgogne, Dijon, Dijon, France
6. , Centre de recherche en psychologie : cognition, psychisme, organisation,Université Picardie Jules Verne, Amiens, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : La régulation médicale est une activité vraisemblablement exposée à des niveaux importants de charge mentale pouvant se répercuter sur la qualité de réponse  et la sécurité du patient. Leur caractérisation pourrait avoir des applications sur la prévention et la formation. L’enregistrement électroencéphalographique (EEG) permet de mesurer cette charge par les variations de puissances absolues (PA) de certaines ondes : l’augmentation de l’onde thêta au niveau frontal et la diminution de l’onde alpha au niveau pariétal. Objectif : Identifier les moments de  régulation médicale qui induisent une forte charge mentale par la mesure directe et objective de celle-ci via des paramètres EEG. Matériel et méthode : Des enregistrements EEG du médecin devaient être réalisés en continu en régulation grâce à un dispositif portatif couplé à une capture vidéo. Les PA pouvaient être obtenues grâce au calcul des densités spectrales de puissance à partir du signal brut EEG. La synchronisation des vidéos et des mesures physiologiques devait permettre de visualiser les variations de la charge mentale en fonction des  situations vécues. Les différentes tâches de régulations devaient être caractérisées à partir de la vidéo et les PA moyennes correspondantes calculées (comparaison des PA moyennes par un test ANOVA).

Résultats et discussion : Cette étude exploratoire s’est déroulée sur trois mois avec cinq sessions d’enregistrement sur quatre médecins régulateurs. L’analyse de l’EEG a présenté d’importantes limites liées aux mouvements des sujets. Les quelques données exploitables semblaient annoncer des résultats prometteurs (pas de lien systématique entre charge mentale et gravité de la situation par exemple). Une adaptation de l’appareil en laboratoire de neuro-ergonomie permettra de corriger en partie les artefacts relevés dans cette pré-étude. Avant de réitérer l’enregistrement EEG in situ, la caractérisation des moments de charge mentale sera testée par d’autres méthodes de mesure objectives (eye-tracking, holter ECG, mesure de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque) et subjectives (NASA TLX, observations vidéo). Conclusion : Ce travail pourrait permettre d’identifier les moments de charge mentale importante afin d’appliquer si possible des mesures correctives pour prévenir des événements indésirables. Un travail conjoint avec l’équipe développant le SimulPhone© pourra permettre d’adapter la formation des médecins en améliorant les simulations.

Tags : Régulation médicale charge mentale EEG