P009 - Centenaires aux urgences: épidémiologie et parcours de soins

Coline Kneip (1), François Weill (2), Pierrick Le Borgne (1), François Lefebvre (3), Sarah Ugé (4), Claude Geronimus (1), Thomas Vogel (5), Pascal Bilbault (1)

1. Urgences Adultes, Hôpital de Hautepierre, CHU Strasbourg, Strasbourg, France
2. Geriatrie, Nouvel Hôpital civil, CHRU Strasbourg, Strasbourg, France
3. Département de santé publique, CHU de Strasbourg, Strasbourg, France
4. Urgences Adultes, Hopital de Hautepierre, CHU Strasbourg, Strasbourg, France
5. Geriatrie, Hôpital de la Robertsau, CHRU Strasbourg, Strasbourg, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction:

Le viellissement globale de la population est une réalité et celui-ci impacte déjà les services d’urgences (SAU). Il est actuellement recensé près de 22000 centenaires en France, en 2100 il y aura près de huit millions de centenaires dans le monde. La prise en charge d’une personne âgée est complexe, elle intrique le vieillissement physiologique, la fragilité, les pathologies chroniques et les décompensations aigues de celles-ci. L’objectif principal de ce travail était d’obtenir une épidémiologie précise des centenaires consultant au SAU et d’étudier leur parcours de soins.

Matériel et Méthodes:

Nous avons conduit une étude observationnelle, rétrospective et monocentrique  sur 4 ans (2012-2015) au sein des urgences d’un CHU. Tout les patients centenaires étaient inclus pour analyse statistique, certains patients ayant consultés plusieurs fois durant la période de l’étude, chaque séjour était alors étudié.

Résultats:

Ainsi, 254 séjours aux urgences ont été analysés correspondant à 156 patients disctincts. L’âge moyen de ces patients était de 101,4±1,8 ans, la prédominance féminine était nette (83,9%). Le nombre de passage au SAU augmentait d’un facteur 1,21 sur les 4 ans de l’étude. La majorité des patients étaient institutionnalisés (52%) et 44% (IC95%: 38-50%) vivaient encore à domicile ; 67% d’entre eux ne présentaient pas de troubles cognitifs étiquetés. 2,4% des patients n’avaient aucun traitement à l’admission, 12% d’entre-eux avaient plus de 10 médicaments sur leur ordonnance, la majorité en ayant entre 4 et 8. La majorité des patients ont consulté aux urgences pour un motif traumatologique (47,3%) suivie par les causes cardio-respiratoires (26,5%). Les centenaires ont également bénéficiés d’examens de biologie (72,4%) pour la plupart mais aussi d’explorations radiologiques (85%). In fine, 57% (IC95%: 51-63%) ont été hospitalisé majoritairement (65%) en gériatrie avec un transit important par l’UHCD (40%). La mortalité intra-hospitalière sur l’ensemble de la population de l’étude était de 8,4%.

Conclusion:

La grande majorité des centenaires ayant consulté aux urgences étaient en plutôt bon état général, avec une iatrogénie probablement importante. Le passage aux urgences était majoritairement jusitifié, toutefois il semble important d’aboutir à un parcours de soins global et personnalisé, et également plus fluide pour cette population spécifique et fragile.

Tags : centenaires épidémiologie fragilité urgences