P032 - AVC ischémiques thrombolysés: Faut-il médicaliser les transferts vers les UNV?

Sophie Boëdec (1, 2), Benjamin Disarbois (3), Marie Olivier (1, 2), Hugo De Carvalho (3), Francois Javaudin (4), Nicolas Hourdin (1, 2), Benoit Guillon (5), Joel Jenvrin (4)

1. Urgences/Smur , CH Chateaubriant Nozay Pouancé, Chateaubriant, France
2. SAMU/Smur, CHU de Nantes, Nantes, France
3. SAMU/Smur/Urgences, CHU de Nantes, nantes, France
4. SAMU/Smur/Urgences, CHU de Nantes, Nantes, France
5. unité neuro-vasculaire, CHU de Nantes, Nantes, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : L’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) est fréquent et engage le pronostic vital. La Haute Autorité de Santé recommande le transfert des AVC ischémiques thrombolysés via la télémédecine vers une Unité NeuroVasculaire (UNV) de territoire ou de recours. Le niveau de médicalisation durant le transfert Inter-Hospitalier (TIH) n’est pas précisé. Par précaution, ces TIH sont médicalisés, alors que la prévalence de la maladie et l’amélioration de l’accès aux soins entrainent une augmentation de ces TIH. L'objectif principal de ce travail est d’évaluer l’évolution clinique des patients ayant bénéficiés d’une médicalisation systématique de ces TIH.

Matériel et Méthodes : Étude rétrospective, multicentrique, observationnelle sur 2 ans incluant tous les patients thrombolysés et transférés vers une UNV. Les scores de Glasgow (GCS), le National Institute of Health Stroke Score (NIHSS), les paramètres vitaux et la nécessité d’une réanimation aux différents temps du transfert ont été recueillis.

Résultats : 82 patients âgés de 64 ± 14 ans ont été inclus. Le GCS médian est de 15, le score NIHSS médian s’est amélioré de façon non significative dans 77% des cas passant de 14 [7-18]  avant thrombolyse à 11 [6-16] à l’admission dans l’UNV. Pour 19 patients il s’est aggravé passant à 23 [15-33]. Un patient a présenté une agitation traitée par Midazolam avant le TIH. Onze patients ont nécessité un antihypertenseur faisant diminuer significativement la pression artérielle (test de Mann-Whitney, p=0,006). Pour 8 d’entre eux (73%), le traitement a été débuté avant le TIH. Aucun geste de réanimation n’a été pratiqué pendant le transport. Un patient a nécessité une intubation 1h après son arrivée (hémorragie ORL).

Discussion : Notre travail montre une stabilité ou une amélioration neurologique pour 3/4 des patients thrombolysés transportés vers l’UNV. Treize pour cent ont nécessité un traitement antihypertenseur sans autre complication, et auraient pu justifier d’un Transfert Infirmier Inter-Hospitalier (TIIH). Aucune réanimation n’a été nécessaire pendant le transport.

Conclusion : La stabilité neurologique des patients thrombolysés et l’absence de détresse vitale au cours du transfert vers l’UNV remet en question la médicalisation systématique de ces TIH. Une labilité tensionnelle isolée peut justifier d’un simple TIIH. Les résultats de notre étude pilote devront être confirmés par une étude prospective multicentrique dans la perspective de nouvelles recommandations.

 

Tags : AVC ischémique télémédecine thrombolyse thrombectomie mécanique transfert inter-hospitalier régulation