CP009 - Asthme aigu : impact d'un suivi téléphonique post urgence sur le taux de réadmission

Thibaut Desmettre (1), Gilles Mangiapan (2), Jean Charles Dalphin (3), Anne Prud'homme (4), Bruno Stach (5), Sergio Salmeron (6), Patrick Plaisance (7)

1. Urgences/SAMU, CHRU Besançon, Besançon, France
2. service de pneumologie, CHI Creteil, Creteil, France
3. Pneumologie, CHRU Besançon, Besançon, France
4. service de pneumologie, CH BIGORRE, Tarbes, France
5. service de pneumologie, CH Valenciennes, Valenciennes, France
6. service de pneumologie, Hopital St Joseph, Paris, France
7. service d'accueil des urgences, Hopital Lariboisière, Paris, France

Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/resumes.png /medias/images/design/icos/eposters.png


Introduction. Objectif : évaluer l’impact d’un suivi téléphonique durant  6 mois sur le taux de réadmission  aux urgences. Objectif secondaire : évaluer l’impact de ce suivi sur le taux de reconsultation d’un médecin généraliste/pneumologue, et la satisfaction vis-à-vis de ce suivi.

Patients et méthode. Etude multicentrique nationale. Un binôme urgentiste/pneumologue référents dans chaque centre. Critères d’inclusion : tout patient asthmatique adulte, admis pour asthme aigu aux urgences, non hospitalisé et sortant. Recueil du consentement écrit à la sortie des urgences pour un suivi par rappel téléphonique systématique à j+1, j+15, 1mois, 3 mois et 6 mois par une infirmière dédiée et formée. Evaluation lors de ce rappel : réadmission aux urgences, reconsultation d’un médecin généraliste ou pneumologue, contrôle de l’asthme, satisfaction. Des conseils éducatifs vis-à-vis de leur asthme (selon recos GINA) étaient donnés aux patients. Déclaration CNIL.

Résultats. 28 centres participants, 320 patients inclus sur une période de 10 mois (septembre 2016 à juin 2017).  66% sexe féminin, âge médian 33 ans, 50% de fumeurs ou ex fumeurs. Respectivement 10 % et 66% déclarent ne pas avoir de médecin généraliste/ pneumologue référent, 78% ne surveillent pas leur peak flow et 82% n’ont pas de plan d’action personnalisé en cas de crise. Dans 53% des cas il ne s’agissait pas du premier passage aux urgences pour asthme aigu.Les taux de réadmission aux urgences étaient respectivement de 2%, 4%, 4% et 9% à J+15, 1 mois, 3 mois et 6 mois. Les taux de reconsultation médecin généraliste ou pneumologue étaient respectivement de 45%, 60%, 72% et 75% à J+15, 1 mois, 3 mois et 6 mois. A 6 mois 79% déclarent prendre toujours leur traitement de fond pour leur asthme ; 94% des patients déclarent être convaincus de l’importance d’un suivi, 77% estiment que le rappel téléphonique  a amélioré leur suivi avec pour 70% une prise de leur traitement plus régulièrement. Parmi les 25% de patients n’ayant pas reconsulté à 6 mois, 46% déclarent « envisager de prendre un rendez vous », alors que 32% estiment ne pas en avoir besoin.

Conclusion. Dans cette série de 320 patients asthmatiques ayant bénéficié d’un suivi téléphonique sur 6 mois après leur sortie des urgences, on observe un taux de reconsulation aux urgences de moins de 10% à 6 mois, avec une reconsultation  du médecin généraliste/pneumologue dans 75% des cas et une importante satisfaction du suivi téléphonique effectué.

Tags : asthme aigu readmission