P129 - Arthrite septique: évaluation rétrospective aux urgences et proposition d'un protocole de prise en charge

Sébastien Kirsch (1), Philippe Kauffmann (2), Mickael Forato (1), Elena Laura Lemaitre (2), Claude Geronimus (2), Sarah Ugé (3), Pierrick Le Borgne (2), Pascal Bilbault (2)

1. SAMU 67, Hopitaux Universitaires de Strasbourg, Strasbourg, France
2. Urgences Adultes, Hôpital de Hautepierre, CHU Strasbourg, Strasbourg, France
3. Urgences Adultes, Hopital de Hautepierre, CHU Strasbourg, Strasbourg, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction:

Les patients admis aux urgences pour des douleurs articulaires non traumatiques sont nombreux. Les diagnostics sont alors multiples et l’arthrite septique (AS) doit toujours être évoquée. Il est essentiel que le diagnostic soit rapidement posé, il se fait grâce à une ponction articulaire et l’analyse microbiologique du liquide synovial. L’objectif de cette étude était d’évaluer le respect des recommandations actuelles et de proposer un chemin clinique ayant pour but d’homogénéiser les pratiques aux urgences.

Méthodes:

Nous présentons ici une étude rétrospective et monocentrique sur deux ans (2014-2015) réalisée dans un CHU. Nous avons inclus tous les adultes ayant un diagnostic final d’arthrite septique. Nous avons recueilli et analysé les données cliniques, biologiques, d’imagerie, de traitement et d’évolution pendant le séjour aux urgences. Au total, 107 patients suspect d’AS ont été inclus pour l’analyse statistique.

Résultats:

Dans la population étudiée, l'âge médian était de 59 ans (IQR: 46-80). La douleur (65%) était le principal symptôme aux urgences, suivi de l’œdème (30%) et d’une inflammation locale (20%). La fièvre n’était retrouvée que dans un tiers des cas (37%). Le diagnostic final retenu était « arthrite septique » pour 25 patients (23%) avec seulement 11 confirmations microbiologiques, « arthrite microcristalline » pour 25 patients (23%), « bursite » (11%), « arthrose » (11%), « hémarthrose post-traumatique » (16%), et autres diagnostics (16%). Les résultats biologiques ont montré une leucocytose plus importante (13058 vs 10257, p=0,007), une CRP plus élevée (152 vs 87, p=0,009) et une éosinopénie dans le sous-groupe AS. Un traitement antibiotique a été administré aux urgences chez 29% (IC95%: 20-38%) des patients. Les aminoglycosides étaient les plus prescrits, principalement associés à la pénicilline M et pour une durée moyenne de 28 jours. Un traitement chirurgical était nécessaire pour 12% des patients (32% des patients avec une AS confirmée). Enfin, 55% (IC95%: 46-64%) des patients ont été hospitalisés pour une durée moyenne de 11 jours.

Conclusion:

La prise en charge d’une suspicion d’AS aux urgences reste hétérogène. L'absence de fièvre ou l'augmentation du nombre de globules blancs ne permettent pas d'exclure de diagnostic, pas plus qu'un examen direct négatif du liquide articulaire. Nous proposons donc une procédure diagnostic et thérapeutique afin d'améliorer et d’homogénéiser les pratiques aux urgences.

Tags : Arthrite ponction articulaire management