P270 - Apport de l'échographie dans la prise en charge des traumatismes thoraciques bénins aux urgences.

Alice Paquez (1), Carlos Sentias (1), Eric Wiel (2, 3)

1. Service d'accueil des urgences, Centre Hospitalier de l'Arrondissement de Montreuil, Rang du Fliers, France
2. Pôle de l'Urgence, CHU de Lille, LILLE, France
3. , Université de Lille, LILLE, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction : Les traumatismes thoraciques bénins représentent un nombre important de consultations aux urgences. Ils sont souvent définis par défaut et leur prise en charge ne bénéficie pas d'un consensus clair. L'utilisation de l'échographie pour la détection de pathologies thoraciques se développe de façon importante et ses performances diagnostiques sont reconnues comme supérieures à la radiographie de thorax dans bien des domaines. Nous avons voulu étudier la place que pourrait prendre l'échographie dans la prise en charge des traumatismes thoraciques bénins aux urgences.

Méthode : Nous avons réalisé une étude de faisabilité, prospective, monocentrique, du 1e mai au 31 août 2017 dans un service d'urgences. Les patients de plus de 18 ans consultant pour un traumatisme thoracique bénin étaient inclus. Les critères d'exclusion correspondaient aux critères de gravité retenus lors de la dernière conférence de consensus sur la prise en charge des traumatismes thoraciques de la SFAR et de la SFMU hormis le critère d'âge. Chaque patient bénéficiait d'une radiographie de thorax et d'une échographie thoracique réalisée par un urgentiste expert en échographie, en aveugle du résultat radiographique. Le critère de jugement principal retenu était la différence de temps observée entre la prise en charge avec radiographie et celle échoguidée. L'un des critères de jugement secondaire concernait les discordances de résultats observés entre l'échographie et la radiographie. 

Résultats : 27 patients ont été inclus parmi lesquels 10 ont bénéficié de la prise en charge par radiographie et échographie, les données temporelles complètes n'étaient disponibles que pour 3 patients. Le temps moyen de prise en charge avec radiographie était de 57 minutes +/- 21 minutes comparé au temps de prise en charge échoguidée qui était de 22 minutes +/- 10 minutes. Le taux de discordance entre la radiographie et l'échographie était de 80%, l'échographie thoracique mettant en évidence des fractures costales chez 8 patients, passées inaperçues sur les clichés thoraciques. La dose moyenne d'irradiation était de 4.44 dGyxcm2 +/- 6.47 dGyxcm2.

Conclusion : Malgré un faible échantillon, nous avons pu mettre en évidence une diminution du temps de prise en charge ainsi que de meilleures performances diagnostiques lorsque le patient bénéficie d'une échographie, en concordance avec les données de la littérature.

Tags : échographie thoracique traumatisme thoracique bénin temps de prise en charge fracture costale