P257 - Analyse de l'influence des modalités de prise en charge aux urgences d'un traumatisme isolé aigu du poignet sur la reprise d'une activité professionnelle

Etienne Imhaus (1), Richard Chocron (1), Thomas Tamisier (1), Alison Horn (1), Anaïs Guincestre (1), Philippe Juvin (1)

1. Service d'Accueil des Urgences, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


Introduction. Les traumatismes isolés aigus du poignet peuvent représenter jusqu’à 40% des consultations de traumatologie. Un traumatisme du poignet engendre une immobilisation et un arrêt de travail dont les durées très variables ne font pas l’objet de recommandations.

Objectif. L'objectif principal de cette étude est d’évaluer l’effet de la durée d’immobilisation prescrite aux urgences sur la reprise d’une activité normale à court terme.

Méthode. Il s'agit d'une étude épidémiologique observationnelle monocentrique prospective. Ont été inclus dans l’étude les patients sortis des urgences avec un diagnostic d’entorse du poignet Le critère de jugement principal était le délai pour la reprise d’une activité personnelle normale et/ou professionnelle selon la durée d’immobilisation évaluée à deux mois par appel téléphonique. Les patient étaient répartis en deux groupes : immobilisation inférieure à 15 jours (groupe A) ou supérieure à 15 jours (groupe B). Le critère de jugement secondaire était la durée de l’arrêt de travail.

Résultats. Sur la période d'étude, 196 patients ont consulté pour un traumatisme du poignet dont 21,4% (42/196) pour une entorse du poignet (groupe A : 80,9% (34/42); groupe B : 19,1% (8/42)). A deux mois, 76,2% (32/42) estimaient avoir une reprise de leur activité professionnelle et personnelle normale, sans différence significative entre les deux groupe (respectivement 82,3% (28/34) vs 50,0% (4/8) (p=0,205). De même pour la durée d’arrêt de travail (dans le groupe A 16,73 jours (+/- 11,77) vs groupe B 10,51 (+/- 2,32) ; p=0.06).

Conclusion. Une durée d’immobilisation du poignet courte ou longue ne semble pas influencer le temps avant la reprise d’une activité normale ni la durée d’arrêt de travail. Une immobilisation de courte durée pourrait être proposée à la sortie des urgences.

Tags : traumatologie entorse poignet immobilisation activité professionnelle activité personnelle