P016 - Admissions appropriées et inappropriées des personnes âgées aux urgences : impact d'une nouvelle diffusion du numéro de régulation gériatrique auprès des médecins généralistes.

Mathilde Alais (1), Achille Tchalla (2), Marie-agnes Picat (2), Henri-hani Karam (1), Daniel Buchon (3), Nathalie Dumoitier (3), Clément Raynaud (1)

1. SAU/SMUR, CHU Limoges , Limoges, France
2. Pôle Clinique Médical et Gérontologie Clinique, Service de Médecine Gériatrique, CHU Limoges , Limoges , France
3. Département de Médecine Générale, CHU Limoges , Limoges, France
Diffusion le 13/06/2018

/medias/images/design/icos/eposters.png /medias/images/design/icos/resumes.png


RESUME :

Les entrées des personnes âgées ne cessent de croître dans les services d'urgence malgré le fait que cet environnement soit inadapté. Il parait nécessaire de trouver des solutions pour agir en aval de ses admissions et ainsi tenter de réguler des admissions aux urgences parfois inappropriées de personnes âgées. La régulation téléphonique gériatrique est une solution. En 2005 le centre hospitalier universitaire a mis en place un numéro de régulation téléphonique gériatrique à destination des médecins généralistes, encore peu connu. Celui-ci permet d'obtenir un avis gériatrique spécialisé téléphonique pour bénéficier d'avis diagnostic ou thérapeutique, de conseils, et éventuellement d'hospitalisation directes en évitant le service d'urgence. 

Objectif principal : Evaluer l’impact d’une nouvelle diffusion du numéro de régulation téléphonique gériatrique auprès des médecins généralistes sur les entrées inappropriées aux urgences des personnes âgées.

Méthode : Une  étude monocentrique quasi-expérimentale de type avant/après sur deux périodes de trois mois a été réalisée. Nous avons étudié chaque dossier de personne âgée de plus de 75 ans qui était entrée aux urgences adressée par son médecin généraliste, afin de déterminer le caractère approprié ou inappropriées des admissions grâce à la grille AEPf (Appropriateness Evaluation Protocol) avant et après la diffusion du numéro unique de régulation gériatrique auprès des médecins libéraux.

Résultats : 1041 patients ont été inclus avant nouvelle diffusion et 974 après. Avant diffusion, 33,43% des admissions étaient jugées inappropriées, après diffusion on constatait une diminution avec 26,39% d’admissions inappropriées (p < 0,05), une majoration des appels à la régulation (p < 0,05) et des admissions directes dans le service de gériatrie (p < 0,05).Les deux groupes étaient comparables en terme d'âge, de sexe, de médecins adresseurs (SOS Médecins, médecin traitant ou remplaçant). 

Conclusion : la nouvelle diffusion du numéro a permis de réduire les admissions inappropriées aux urgences du centre hospitalier.

Tags : personnes âgées régulation téléphonique urgence grille AEP admissions appropriées gériatrie