CP100 - Accès public à la défibrillation dans les communes du Nord : état des lieux

Helene Boulanger (1), Nordine Benameur (2), Jonathan Hennache (2), Nicolas Pauchet (2), Alain Facon (2), Eric Wiel (2), Patrick Goldstein (2)

1. ARLod Association pour le Recensement et la Localisation des Défibrillateurs, , , France 2. Pôle de l'Urgence - SAMU du Nord, CHRU, Lille, France

Diffusion le 06/12/2015

/medias/images/design/icos/eposters.png


Attention

Ce média est disponible uniquement si vous êtes connecté.
Il est par ailleurs diffusé dans les conditions du direct.
C'est-à-dire qu'il ne vous est permis de le consulter qu'une seule fois, sans possibilité d'interagir avec lui (arrêter, relancer, avancer ou reculer).

Pour le consulter, merci de vous connecter.

CONTEXTE: 40 000 français décèdent chaque année de mort subite. L'enjeu de santé publique est majeur car un grand nombre de ces décès est évitable. Le but de cette étude est de faire un état des lieux, dans les communes du Nord, en 2013, du déploiement des Défibrillateurs Automatiques Externes (DAE) et des programmes d'initiations du public aux gestes qui sauvent. 

METHODE: Un questionnaire comprenant 39 items a été envoyé par mail, sous forme de tableur, aux 653 communes du Nord, avec relance tous les trois mois pendant un an. 

RESULTATS: Entre 2006 et 2012, le nombre de communes équipées a été multiplié par 5 et le nombre de défibrillateurs par 12. On recensait, en 2013, 1750 DAE dans le département et 75% des communes en était équipés. Avec 33% de réponses au questionnaire, on a pu faire un état des lieux sur 66.5% de la population du Nord mais principalement dans les grandes villes. Le financement est majoritairement public et subventionné (42.2%). Les défibrillateurs entièrement automatiques sont privilégiés (73.6%). Une maintenance est assurée dans 82% des cas. 54% des appareils sont en libre-service, 90% des DAE sont installés dans une armoire de protection. En ce qui concerne la formation du public, les initiations sont réalisées dans 58.3% des communes mais restent ponctuelles et peuvent être optimisées notamment dans les petites communes. 

CONCLUSION: L'engagement des communes du Nord dans la prise en charge de la mort subite est fort. De plus, le taux d'initiations proposées aux habitants est satisfaisant. Cependant, des améliorations seraient à apporter notamment en matière d'accessibilité des appareils. 

Le Nord reste l'un des départements précurseurs dans la prise en charge de la mort subite et l'accès public à la défibrillation. Le bénéfice en termes de santé publique est réel et a été montré notamment chez le sportif. Pour que ce bénéfice profite à l'ensemble de la population, il est nécessaire d'adopter de nouvelles stratégies. 

C'est notamment la création d'un Centre d'Expertise Régional de la Mort Subite pour le Nord (CERMS) qui devrait permettre d'atteindre cet objectif. En effet, à partir des données du registre éléctronique des arrêts cardiaques (RéAC), le CERMS pourra mettre en place une politique stratégique et tactique de ciblage des besoins notamment en accompagnement lors de la diffusion des DAE et de suivi des patients. 

Tags : mort subite Défibrillateurs Automatisés Externes initiation grand public